Conséquences de l’acculturation linguistique en République démocratique du Congo : le lingala tend-il vers du frangala ?

LONKUTA Betty
Université Sorbonne-Nouvelle (France), Paris 3

Caractérisés précédemment par l’esclavage et le commerce triangulaire, les contacts opérés entre les hommes, les cultures et les langues des hémisphères nord et sud, se sont accrus et affirmés par la colonisation. Par ces déterritorialisations, les langues indo-européennes sont devenues des composantes majeures de la vie politique et sociale des états colonisés. Ainsi, elles ont eu un impact linguistique, plus ou moins important, dans les langues en présence.

Dans l’une des anciennes colonies belges, la République démocratique du Congo (RDC), on constate que le lingala, une de ses quatre langues nationales, ainsi que la langue véhiculaire comptant le plus grand nombre de locuteurs, emprunte une partie de son lexique à la langue française, unique langue officielle du pays.

Les phénomènes liés aux interférences linguistiques (Weinreich) sont généralement rejetés par les puristes des langues, qui prônent une « langue  pure », n’ayant subi aucune influence (sémantique, lexicale, prosodique,…) de part et d’autre du globe ; et qui pointent du doigt ces influences en dénonçant une aliénation culturelle.

Nous positionnant du côté de l’anthropologie linguistique, nous nous demanderons si le lingala est en processus de créolisation (Chaudenson) et ce que cela implique sur les rapports qu’entretiennent les langues et les cultures, entre la RDC et son ancien pays colonisateur, la Belgique. Pour illustrer notre recherche, nous nous appuierons sur un corpus composé chansons congolaises [1] en lingala, s’étalant des années soixante à nos jours, pour visualiser la part grandissante du français dans le parler des lingalophones.

Bibliographie

BURKE Peter (1998), « Langage de la pureté et pureté du langage », Terrain (n° 31), pp. 103-112

CALVET Louis-Jean (1974), Linguistique et colonialisme – petit traité de glottophagie, Paris, Petite bibliothèque payot.

CALVET Louis-Jean (2010), Histoire du français en Afrique – une langue en copropriété ?, Paris, Écriture.

CANUT Cécile (2000), « Subjectivité, imaginaires et fantasmes des langues : la mise en discours “épilinguistique”. », Langage et société, 3/2000 (n° 93) , p. 71-97.

CHAUDENSON Robert (1995), Les Créoles, Que sais-je ? (n° 2970), Paris, PUF.

CHAUDENSON Robert (2006), Éducations et langues – Français, créoles, langues africaines, Paris, l’Harmattan.

SPAËTH Valérie (2010), « Le français au contact des langues : présentation. », Langue française, 3/2010 (n° 167) , p. 3-12, consulté le 15 décembre 2015. URL : www.cairn.info/revue-langue-francaise-2010-3-page-3.htm.

WEINREICH Uriel (1953), Languages in Contact : Finding and Problems, New York : Publications of the Linguistic Circle of New York.

1 SELOUA Luste Boulbina (2012), « Présence africaine de la musique et culture nationale – Tribute to Fanon », Présence africaine, 2012/1 (N° 185-186), pp. 219-229, déclare que 49% des congolais n’ayant pas le lingala comme langue première déclarent l’avoir appris grâce à la musique, ce qui justifie l’utilisation de ce corpus.


LONKUTA Betty

Etudiante en Master 2 Didactique du FLE/S et langues du monde à l'Université Sorbonne-Nouvelle, Paris 3.

More Posts

4 réflexions au sujet de « Conséquences de l’acculturation linguistique en République démocratique du Congo : le lingala tend-il vers du frangala ? »

  1. Bonjour,

    Etudiante à l’INALCO (avec un mémoire à rendre), j’aimerai si c’est possible m’entretenir avec vous. J’écris un article sur l’histoire/la naissance du lingala et votre sujet de mémoire m’intéresse beaucoup.

    Serait-il possible de poursuivre cette discussion par mail ?

    En vous remerciant d’avance pour votre considération,

    Azani
    azanijumap@gmail.com

  2. Bonjour ,

    Est-il possible d’avoir l’intégralité de votre article s’il vous plait?

    En vous remerciant d’avance pour votre réponse.

    Cordialement
    Kabulu

    1. Bonjour,

      Je vous remercie de l’intérêt porter à cet article.
      Neanmoins, l’article en question n’est que l’ébauche de l’introduction d’un memoire qui n’est à l’état actuel qu’un brouillon.. En prenant votre adresse e-mail, je pourrai vous l’envoyer une fois terminé, ce qui ne sera possible que dans quelques mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *