Théâtre et apprentissage d’une langue étrangère : l’exemple d’un cours de théâtre pour enfants en espagnol

En tant qu’ancienne comédienne de théâtre, je me suis tout naturellement intéressée, au moment d’entreprendre mes études de Didactique du FLE, à la possibilité de mettre en oeuvre des pratiques théâtrales au sein d’un cours de langues et à l’efficacité didactique de celles-ci. D’autre part, ma qualité de locutrice bilingue espagnol-français m’a attirée vers une recherche véhiculée par ma langue maternelle, l’espagnol.
La didactique théâtrale  au service de l’apprentissage des langues se compose de trois éléments essentiels, à savoir la nature du jeu, l’activité de l’apprenant-comédien et la place de l’enseignant au sein du groupe-classe.
Je baserai mon intervention sur l’analyse  d’un travail réalisé au sein d’un cours de théâtre réunissant dix enfants français âgés entre quatre et sept ans et souhaitant apprendre l’espagnol, que j’ai animé pendant trois mois.
Il ne s’agissait pas, bien entendu, de mener parmi les enfants, un psychodrame, car, en ce qui concerne la nature du jeu, celui-ci se distingue clairement du jeu théâtral didactique : en effet,  dans ce dernier, contrairement au premier, le but recherché n’est jamais thérapeutique mais formatif. J’ai pu constater pendant mon travail que ce qui animait les enfants, sous mon impulsion, c’était bien d’apprendre en jouant, à travers des jeux basés sur des scènettes d’abord improvisées puis répétées qui, tout au long de ces trois mois ont bien confirmé la nature paradoxale du jeu : l’alliance du plaisir et de la contrainte (double contrainte ici : imposition d’une langue de jeu étrangère).

Quant à l’activité de l’apprenant-comédien, j’ai pu l’observer, tout en les conduisant vers l’interprétation de petits personnages , chez les jeunes participants de mon atelier de théâtre : spontanément ouverts au jeu, ils se sont très vite construits, au cours de ces séances, des images d’eux-mêmes nouvelles pour eux et pour leur camarades-spectateurs, (se transformant, le temps du cours, en « spectacteurs », pour reprendre l’expression de E. M. Rollinat-Levasseur). Il y a eu, pour la plupart d’entre eux, une transfiguration de leurs univers connus impliquée par le changement de langue. Ainsi, le terrain a été d’emblée propice au jeu pour incarner l’enfant en processus d’apprentissage de l’espagnol.

Enfin, parlons de ma place, celle de l’enseignant-animateur, au coeur de ce processus : il s’agissait dans ce contexte plus du rôle d’un guide,  à l’écoute et au service des enfants-apprenants-comédiens, que de celui d’un professeur traditionnel. En effet, depuis ma place  d’animatrice, j’ai conduit et à la fois été témoin de l’acquisition d’une clé donnant accès à leur autonomie dans l’appropriation de la nouvelle langue. Ils n’avaient plus qu’à passer la porte…

Ceci était un bref aperçu de ma future participation au colloque, où il s’agira de  montrer à travers mon animation-observation de cet atelier de théâtre-espagnol la pertinence et le sérieux, tout du moins pour le jeune public, d’une didactique des langues axée sur un jeu théâtral essentiellement ludique ici, de par le bas âge de ses participants, mais aussi rigoureux. Ainsi, pour interpréter un rôle, comme l’a écrit Bertolt Brecht, il faut savoir jouer aussi sérieusement que les enfants…


Laura DIEZ DEL CORRAL

Etudiante en Master 2 de Didactique du FLE à Paris 3 à la suite d’un Master 1 dans la même spécialité et d’une Licence d’Espagnol à Paris 3 également. Précédemment Licence de Théâtre au Conservatoire National d’Art dramatique de Madrid. Depuis 4 ans travaille comme formatrice d’espagnol et de FLE dans diverses écoles de langues et au pôle universitaire Léonard de Vinci.

More Posts

7 réflexions sur « Théâtre et apprentissage d’une langue étrangère : l’exemple d’un cours de théâtre pour enfants en espagnol »

  1. Bonjour, je suis comédienne et professeur de langues à la fois. Je fais des interventions en France et je monte des pièces de théâtre en espagnole. A la rentrée prochaine 2017-2018, je vais m’occuper d’une classe en Espagne de « première année de Bachelier » et première année de français, grand débutant (16-17 ans) on me demande de faire un cours ludique (je n’ai que 2 heures par semaine) je cherche des textes faciles et intéressants. Ils sont nombreux (25 élèves). Deux difficultés peu d’heures et groupe important d’élèves. J’ai quelques idées, mais j’aimerais trouver des textes qui puissent vraiment les intéresser.
    merci beaucoup.
    Marie-Anne

  2. Ton article est très intéressant Laura. Intégrer les pratiques théâtrales en classe de FLE peut être motivant pour les élèves. Qui n’aimerait pas apprendre en utilisant le langage corporel, ou en se mettant en scène devant les autres. C’est vraiment une approche qu’il faut prendre en compte. De plus, les actions théâtrales permettent aux apprenants de se lancer dans la prise de parole et de ne pas avoir peur. Les didacticiens du FLE précisent que lorsque l’on essaie de combattre ces phénomènes chez l’apprenant, c’est déjà la moitié du travail qui a été accompli. Laura, je ne sais pas si tu continue à écrire toujours sur Arlap. Mais , ce serait génial si tu acceptes de partager avec nous ton mémoire. Merci par avance!

  3. Ton billet qui est très intéressant me rappelle le cours du théâtre de Mme Rollinat-Levasseur. Les enfants apprennent quand ils jouent des pièces théâtrales de leur propre manière, il implique dans ce processus une rééonciation individuelle dans laquelle q’inscrivent les visions des enfants qui facilitent leur apprentissage. Autrement dit, le plaisir d’apprendre incorpore dans une transfiguration personnelle, malgré des contraintes du langage, il se peut que le charge cognitif pour les enfants s’atténue.

  4. Merci Laura. Ton billet ne fait que confirmer l’importance de la transmission d’une langue à travers le langage du corps. La communication corporelle orientée à la didactique , dans ton cas à travers le théâtre, permet aux apprenants de devenir des agents engagés d’un vrai apprentissage basé dans l’action et sociabilité où l’apprenant n’est plus qu’un récepteur de savoirs.

  5. Cela a l’air vraiment intéressant Laura. J’aimerais en connaître davantage notamment sur les activités que tu proposes et la manière dont les enfants se les approprient… peut-être dans un prochain billet…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *