Séminaire doctoral: Articuler les politiques linguistiques et éducatives et la subjectivité des acteurs de l’enseignement des langues

Parmi les questions qui ont été abordées dans ce séminaire, le statut de la langue et les institutions chargées de l’enseignement / apprentissage des langues.

Il s’agira d’étudier le statut de la langue pour le sujet (maternelle/étrangère/sacrée/profane, etc.) dans la tension permanente entre les constructions identitaires singulières, les constructions nationales, voire internationales, et les institutions chargées de l’enseignement/ apprentissage des langues.

  • Comment on articule du sens ?

D’après Madame Spaeth le sens est déjà donné dans une culture, ce sens sera construit dans l’intersubjectivité.

L’intersubjectivité est la condition de la subjectivité et de la subjectivation (condition humaine)

  • La question des interactions, du discours et de la donation du sens

D’après Bally « la langue pense pour nous », si ce sens est déjà donné dans une culture, les interactions sont à venir même si elles sont déterminées par un sens commun.

  • Quelle latitude ont les individus ?

D’après P.LEGENDRE « la diversité des langues traduit l’intériorité des sociétés comme elle témoigne des modes de construction du sujet, du sujet immigré dans l’inconscient ». Il ajoute « inséparable du penser, la créativité est le signe de l’appropriation ».

  • Les langues en tant qu’institution

Les langues  en tant qu’institution discursives sont déjà là aussi, sémiotisation de l’expérience et de la réalité.

« Du fait de la dépendance réciproque de la pensée et du mot, il est clair que les langues ne sont pas à proprement parler des moyens pour représenter une vérité déjà connue mais au contraire, pour découvrir une vérité auparavant inconnue », Humboldt (2000).


2 réflexions au sujet de « Séminaire doctoral: Articuler les politiques linguistiques et éducatives et la subjectivité des acteurs de l’enseignement des langues »

  1. Je ressens quelques contradictions entre l’affirmation que les langues figent le sens et qu’au contraire pour Humboldt, elles permettent la créativité… problème à creuser… Il faudrait peut-être aller aux textes plus précisément… ou plus longuement… mais voilà de bonne pistes de lecture (merci de donner les références de Pierre Legendre et de W. von Humboldt).

  2. Dans l’enseignement/apprentissage des langues, et plus spécifiquement du français, la question de l’articulation du sens est sensible dans la mesure où les échelles d’étude sont fortement interdépendantes, mais aussi souvent cloisonnées dans la recherche (on travaille les interactions dans la classe ou la politique linguistique ou bien les méthodologies, ou encore le point de vue des enseignants, etc.) c’est pour cela que ce séminaire est intéressant et les thèmes que tu as soulevés sont des introductions pour un travail plus élargi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *