La méthode peut-elle s’apprendre avec méthode ?

presentation cahier

 

Lorsque, lors de mon premier entretien, mon interlocuteur, un aimable retraité bénévole et non pas un professeur auréolé, a repris mais propos en marquant oralement l’italique sur une de mes formulations qui l’avait amusé avant de répondre à la question que je venais de lui poser, je me suis laissée entendre qu’il était temps de plonger mon nez dans quelques méthodes … La bibliothèque universitaire en regorge : L’observation pour les nuls, L’entretien des débutants* …

En effet bien que certains articles ou ouvrages écrits par de grands sociologues, anthropologues etc puissent être utiles, il me semble que quand on est plongé dans l’aventure de la recherche pour la première fois, il est plus efficace de feuilleter des ouvrages qui vous prennent par la main et vous expliquent le b.a.-ba de l’entretien, du questionnaire ou encore de l’observation.

Mais à trop vouloir prendre les apprentis chercheurs par la main, ces ouvrages ont tendance à les infantiliser et à leur donner des conseils très (trop ?) spécifiques qui vont jusqu’à décrire l’unique choix possible en matière de carnet de notes pour l’observation :

“l’observateur rédigera ses notes à l’aide d’un carnet à spirales à lignes quadrillées d’un format poche ou sur des feuilles. En écrivant seulement recto, il pourra plus tard en découper les extraits pour les coller ailleurs. Par précaution, il laissera une large marge, voire divisera chaque page en deux pour ajouter des commentaires, des corrections et il numérotera les pages pour éviter des disparitions (…)”

 

Comme dans l’extrait que nous avions étudié au début de l’année: la description des quatre carnets du chercheur par Bruno Latour (voir l’article de S. Martin : http://arlap.hypotheses.org/2102 ), il est nécessaire de prendre du recul vis à vis des conseils méthodologiques qui nous sont donnés et de les considérer d’avantage comme des pistes de réflexions que comme des lois dogmatiques. Il est évidemment plus facile de se laisser dicter une méthodologie que de penser une méthodologie qui nous est propre et qui nous convient. Sur le long terme cependant, des ajustements seront toujours nécessaires afin de mener à bien notre travail de recherche et choisir la facilité au départ ne nous conduirait donc finalement pas beaucoup plus loin.

*titres d’ouvrages purement fictifs


Une réflexion sur « La méthode peut-elle s’apprendre avec méthode ? »

  1. J’aime bien votre billet qui semble toucher à l’anecdotique de la recherche mais vous touchez juste : l’essentiel, c’est effectivement de construire une réflexivité méthodologique…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *