Où en sommes-nous?

Aujourd’hui, dans cette première rencontre du second semestre entre les Master2 FLE Spé1 (recherche) nous nous sommes efforcés de donner un premier aperçu de notre recherche autour de deux questions :

1. À ce jour, quel est le thème de votre mémoire ?

2. Quels problèmes rencontrez-vous ?

Ces deux questions se sont vite retrouvées croisées ou jointes par un mot clé qui revenait souvent dans les sujets de recherche, celui de « situation ».

Dans des sujets qui touchent à la question de l’enseignement ou de la représentation d’une langue définie dans un certain contexte, difficile d’échapper à ce terme qui pourtant, nous met face à la difficulté de restreindre notre champ de recherche. « Situer » et « nous situer » c’est aussi choisir un terrain d’étude or, souvent, le problème qui bloque notre recherche est de savoir par où commencer ou encore par quoi terminer.

S’agit-il d’élaborer un plan en émettant des hypothèses par rapport à un terrain d’étude particulier ? Ou alors le plan ne peut qu’émaner de l’expérience vécue dans l’endroit de notre enquête étant donné que, comme l’a dit une étudiante « le terrain s’éloigne la plupart du temps de tout ce qu’on avait imaginé ». Si le terrain change les points de vue initiaux, il ne faut pourtant pas oublier les idées préalables à cette expérience empirique, d’où la proposition, de la part d’une doctorante Algérienne, de choisir de bons titres : des titres qui « ciblent » et qui orientent « pour savoir vers où l’on va ».

Une autre idée qui a été proposée est de commencer par une introduction, quelque chose de général et de plutôt conceptuel qui ouvrera un essai qui partira ensuite des expériences concrètes vécues en « situation ».

Dans tous les cas on a entendu des sujets qui seront bien ancrés dans le social et dans une historicité (« place institutionnelle de la langue », « langue nationale/langue étrangère », « représentation de la langue française », « facteurs géographiques et socioéconomiques de l’enseignement de la poésie à l’école », « présence de la littérature en classe ») et qui ne peuvent donc pas se passer de définir concrètement un terrain et des acteurs : on a proposé de délimiter les personnes interviewés, le nombre de classes observées, les territoires analysés… même les corpus : l’écueil qui semblait à éviter était celui d’essayer d’aborder des territoires (géographiques, sociaux, linguistiques, historiques, etc.) immenses et donc interminables.

La question de la situation dans un terrain a ouvert aussi la discussion de l’échange entre les différents sujets : on situe notre recherche ici ou ailleurs mais on se situe aussi par rapport à l’autre. Par rapport à nos camarades mais aussi autour des lectures qu’on a faites : la communication des enjeux de chaque travail, des parcours personnels mais aussi des livres que chacun a lu ou doit lire permet de faire émerger des liaisons et de faire avancer notre recherche par la recherche de l’autre.

Peut-être quelques premières pistes pour nous situer et commencer à rédiger ?


Carla Campos Cascales

Diplômée de lettres modernes à l’Université de Paris III-Sorbonne Nouvelle après une double licence en philosophie et lettres à l’université Paris I-Panthéon-Sorbonne, actuellement en master de recherche en sciences du langage (Didactique du Français Langue Etrangère et Langues du Monde) à l’université Paris III. Intéressée par la transmission et la réception de la langue et la littérature ainsi que par le rôle et l’activité du lecteur.

More Posts

3 réflexions sur « Où en sommes-nous? »

  1. Il me semble que nous avons été baignés dans cette distinction entre la théorie et la pratique, et que nous avons aujourd’hui du mal à nous en détacher.

    Un mémoire se construit souvent autour de deux grandes parties : ce qu’ont dit les chercheurs, et ce que nous avons observé sur notre terrain.

    Pourtant, je crois que notre travail dans le mémoire est de réussir à trouver un lien entre théorie et pratique. Il s’agirait de porter un regard personnel sur ce qui a déjà été dit, et de s’en servir pour problématiser plus précisément notre recherche. De même que les observations faites sur le terrain nous permettront également d’opérer un tri sur l’ampleur des travaux réalisés jusqu’à maintenant.

    Je pense qu’il est donc difficile d’établir une chronologie stricte de recherche, parce que ce va-et-vient entre lectures et observations est nécessaire et c’est dans ce mouvement que l’on trouvera peut-être la personnalité de notre travail !

    1. Merci Coline pour ce commentaire qui me semble fort bien résumer l’orientation de notre réflexion au premier semestre et qu’il s’agit maintenant de poursuivre dans et par l’écriture du mémoire. J’ajoute que ce que vous appelez « la personnalité de notre travail » c’est d’une certaine façon ce que Jablonka appelle un « je de méthode »…

  2. Par où et par quoi commencer ? C’est justement la question que je me pose en ce moment. Ne sachant pas si je devais lire, amasser un maximum d’informations afin de pouvoir construire un plan très détaillé et de, seulement par la suite, rédiger chaque partie ou bien si je devais écrire au fur et à mesure des lectures et connecter l’ensemble des écrits par la suite, j’ai décidé de commencer par faire un liste de tous les éléments qu’il me semblait important d’évoquer. J’ai ensuite tenté de les regrouper et de les organiser avant d’obtenir une sorte de première ébauche de plan qui pourra bien évidemment bouger.

    J’avais envie de commencer par l’écriture avant la structure mais j’avais besoin pour cela d’avoir une sorte de vision d’ensemble de ce que pourrait être mon mémoire avant de pouvoir commencer. Maintenant que j’y vois un peu plus clair il ne me reste « plus qu’à » m’y mettre sérieusement.

    En tout cas merci à toi Carla pour ce compte rendu et bonne chance à tous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *