Comment enseigner l’Histoire en primaire ?

Un article écrit par Angèle Poisson et Coline Rosdahl

 

Conférence d’Anne Vézier, le 17 décembre 2014,

« Savoir en histoire et se construire des compétences, enjeu de l’autonomie des élèves »

 

            La conférence d’Anne Vézier, organisée par l’Alliance française de Paris, le CASNAV de Paris et l’ADEB (Association pour le développement bi-plurilingue), avait comme point de départ le postulat que l’Histoire est enseignée de manière trop magistrale aux enfants, et que cette transmission frontale laisse peu de place aux représentations des élèves. Anne Vézier reprend à son compte le modèle critique de François Audigier (1993), selon lequel on n’enseignerait aux élèves que les résultats de l’Histoire (et non pas les processus), en refusant les dynamiques politiques (du moment) ainsi que les controverses scientifiques (historiographiques), ce qui conduirait à présenter l’Histoire comme une succession de vérités scolaires, qui prétendent détenir la réalité du monde passé ou présent.

Or, selon Anne Vézier, enseigner ainsi la discipline historique revient à développer chez les élèves des compétences narratives (il s’est passé telle chose puis telle autre), avec le danger d’appliquer des explications atemporelles et universelles à chaque thème abordé, sans s’intéresser de près au contexte. Elle donne ainsi les exemples suivants : on enseigne aux élèves que le peuple parisien se révolte en 1789 parce qu’il est pauvre et victime de l’injustice. Sous-entendu : tous les pauvres du monde et du Temps qui subissent l’injustice sont amenés à se révolter. De même : on trouve dans les leçons d’Histoire de primaire l’idée qu’au Moyen-Âge, les paysans se soumettent aux seigneurs, parce que ces derniers sont plus forts. Sous-entendu : les forts soumettent toujours et partout les faibles. L’Histoire elle-même a montré que ce n’est pas toujours aussi simple, et qu’à ces explications universalisantes, il est préférable de s’attacher à étudier de près le contexte des différents évènements.

L’Histoire est donc peut-être moins une reconstitution du passé qu’un foisonnement de discours sur le passé, et c’est ce qu’il convient de montrer aux élèves, selon Anne Vézier. Pour elle, il s’agit donc d’enseigner dans un même mouvement les pratiques (les faits historiques), et les conceptions (les différents points de vue historiographiques qui ont vu le jour depuis l’événement historique étudié jusqu’à nos jours). Ainsi on peut enseigner la Grande Guerre du point de vue militaire, ou du point de vue économique, ou du point de vue des civils… (Prost et Winter, Penser la Grande Guerre, 2004)

Il s’agit donc concrètement de partir d’une explication traditionnelle connue par les élèves ou donnée par les manuels, puis d’amener les élèves à formuler des hypothèses pour comprendre des tensions plus fines qui dépendraient d’une analyse minutieuse du contexte de la situation historique. C’est donc une démarche d’apprentissage par problèmes, ayant pour but l’élaboration d’un sens critique chez les élèves. Une telle démarche permet également de remettre en cause le statut des documents, qui n’ont plus seulement une valeur d’illustration ou de preuve, mais que l’on peut interroger, lire entre les lignes, et dont on peut découvrir les non dits… Cette méthode d’enseignement de l’histoire, selon Anne Vézier, permettrait ainsi de transmettre aux élèves des savoir-faire de l’Histoire (et pas seulement des savoirs de l’Histoire), développant à la fois le sens critique de ces derniers et leur autonomie.

 

Pourtant rien n’est moins simple que d’appliquer cette méthodologie en classe. Faute de temps, surtout. Et qu’en est-il dans une classe d’élèves allophones ? Voici la réaction d’Angèle Poisson à ce sujet :

L’affichette présentant la conférence avait suscité mon attention. En parcourant la liste des institutions organisatrices je m’étais laissée penser que cette conférence porterait bien sur la problématique annoncée par l’intitulé de l’intervention, c’est-à-dire l’autoconstruction de compétences par les élèves et l’enseignement des savoirs en histoire, mais dans un contexte d’enseignement du français comme langue étrangère ou seconde, celui-là même qui concerne ces institutions. L’Alliance Française de Paris, le CASNAV et l’ADEB ayant tous trois pour objectif la formation de publics pour qui le français est une langue étrangère ou seconde, je n’envisageais pas une seconde qu’Anne Vézier, bien que didacticienne de l’Histoire, n’appliquerait pas ses connaissances didactiques à ce contexte spécifique. Ce fut pourtant le cas. Ma déception fut grande puisque c’était avant tout la problématique de l’enseignement de disciplines non linguistiques, telle que l’histoire, croisé à celui des langues qui m’avait amenée à me rendre à cette conférence.

Quand est venu le temps des questions à Mme Vézier j’ai néanmoins pu constater que je n’étais pas la seule personne de l’auditoire à avoir des doutes quant à l’applicabilité des démarches didactiques proposées par l’intervenante afin de développer l’autonomie réflexive chez les élèves à des contextes d’enseignement éloignés du public francophone des lycées auquel s’intéresse la chercheuse. Une enseignante du CASNAV a ainsi rappelé à Mme Vézier qu’il semblait difficile de concevoir, dans les temps impartis, une démarche d’analyse de témoignages telle qu’elle venait d’en exposer l’intérêt avec des élèves dont le français n’est pas la langue première et qui peinent déjà à saisir les enjeux de la lettre comme forme littéraire qu’elle soit écrite par un poilu pour sa famille ou pas. L’intervenante a alors avoué ne pas vraiment connaître le type de contexte en question étant spécialisée dans l’enseignement au secondaire à des publics francophones natifs.

Mme Vézier a tout de même pallié un peu à cette grande déception en expliquant que selon elle, il fallait également, en tant qu’enseignant et en général, se fixer ses propres objectifs et ne pas se sentir forcer de s’attarder sur des analyses de documents sans fin présentes dans les manuels afin de pouvoir consacrer, si on le souhaite, davantage de temps à des activités telles que celles qui sont défendues par le groupe de didacticiens de l’Histoire de l’université de Nantes et qui cherchent à développer les compétences de travail et réflexion autonome des élèves. Cette dernière intervention m’a permis de voir un lien plus net entre les propos experts mais non contextualisés de cette chercheuse et le travail de tous les jours des professeurs conviés à cette conférences par leur institutions, organisatrices de l’événement. Mieux vaut tard que jamais.

 

 

 

 


5 réflexions au sujet de « Comment enseigner l’Histoire en primaire ? »

  1. Auparavant, il convient de rappeler que de nombreuses recherches sont aux «profit» de l’enseignement de l’histoire au secondaire.! . En tant que professeur des écoles primaires (en Tunisie), il me semble que malgré les avancées des recherches concernant la didactique de l’histoire, la place de l’enseignement -apprentissage de la discipline historique aux cycles primaires est médiocre. En fait, il est important de multiplier les recherches à ce propos.
    En poursuivant une recherche sur la question de l’enseignement apprentissage de l’histoire au primaire, sans affirmation, je me permet de conclure -au delà des «stades de développement biologique» de pionnier de constructivisme Piaget, qu’ on peut gagner d avantage dans l enseignement apprentissage de l’histoire dès le cycle primaire en se référant aux apports de socioconstructivisme et en exerçant la démarche scientifique.

    Bien sûr, il ne s’agit pas de même compétences à développer chez les élèves du primaire et celles de lycéens, mais on peut construire les repères de base de la discipline historique sans les retarder…

  2. Les programmes scolaires pour l’histoire entre l’école primaire et le lycée s’étendent de la préhistoire à l’histoire contemporaine et l’enseignement ne se répartit que sur quelques heures par semaine. Difficile alors de ne pas faire de raccourcis et de s’éloigner du développement de compétences narratives dont parle Anne Vézier.

    Je suis loin d’être une spécialiste mais il me semble que l’histoire n’est pas une discipline comme les autres, c’est la mémoire, c’est ne pas oublier le passé pour ne pas reproduire, mais c’est aussi l’identité, savoir d’où l’on vient, ce qui nous a mené à être ce que nous sommes aujourd’hui. Il y a alors une quantité d’éléments qui doivent êtres connus par les enfants qui sont scolarisés en France.

    Selon moi, il est évident qu’envisager l’histoire de manière moins magistrale, ou en tout cas de tenter d’accompagner le caractère magistral des cours de « moments » qui le seraient moins serait bénéfique. Pourquoi ne pas envisager de mettre en place des simulations globales en cours d’histoire ? Théâtraliser pour mieux marquer les esprits, et pour rendre la discipline attractive.

    C’est aussi de cela dont il s’agit je pense. La problématique de l’enseignement de l’histoire est finalement proche de celle de l’enseignement de la littérature. Je ne peux pas faire de généralité mais je peux parler de mon expérience à l’école. Je me souviens avoir eu la même attitude envers les deux disciplines, un certain dégoût, elles n’étaient justement que des disciplines, j’apprenais parce qu’il le fallait mais ne trouvais absolument aucun plaisir, aucun intérêt.

    Les enseignants en primaire et au collège ne peuvent pas faire de miracles dans le temps qui leur est imparti mais ils peuvent essayer de rendre la discipline attractive et cela peut passer par la « démagistralisation ». Je pense que s’ils parviennent à développer chez les apprenants un certain intérêt pour la discipline alors la suite viendra, l’histoire deviendra un centre d’intérêt.

    Je pense en disant cela à un enfant dans mon entourage qui est passionné par l’histoire –et je sais qu’il n’est pas seul dans cette situation. Ce qui l’a passionné ce sont des bandes-dessinés, des romans, des films, des sets de Légo sur le thème des guerres mondiales. Il connaît toutes les batailles, quand elles ont eu lieu, qui a fait quoi, qui est arrivé où, etc, parce qu’en tant que lecteur et joueur, il a associé à ces éléments étudiés magistralement à l’école du réel, de l’expérience, et du plaisir.

    1. Maude,

      Tu sembles d’accord avec moi sur le fait que les prérequis pour enseigner l’histoire en classe de FLE seraient beaucoup trop nombreux. Les suggestions que tu proposes pour l’enseignement de l’histoire en France me semblent extrêmement pertinents et originaux.

      Je souhaite relever ici une de tes remarques concernant la spécificité que la discipline de l’Histoire présente et la mettre en évidence avec le fait qu’elle partage quand même selon toi les problèmes de l’enseignement de la littérature. En effet, tu nous dis que selon toi « l’histoire n’est pas une discipline comme les autres ». A tes yeux elle est donc spéciale, différente, particulière mais pas tant que ça puisque plus tard dans ton commentaire tu conclues « La problématique de l’enseignement de l’histoire est finalement proche de celle de la littérature ».

      Je ne dirai pas que tu as écrit là un paradoxe mais plutôt que tu relances la problématique bien connue et dont nous avons déjà parlé et qui prône à la fois le caractère singulier de l’Histoire et les similitudes ou ressemblances qu’il peut avoir avec celui de la littérature. Ainsi on peut rappeler la thèse d’Yvan Jablonka dans « L’histoire est une littérature contemporaine » qui nous montre que l’histoire n’est pas si différente de la littérature. A cela, j’ajouterai que la polysémie du mot français « histoire » nous montre la proximité de ces deux disciplines puisque une histoire désigne à la fois n’importe qu’elle histoire fictive ou non , écrite par un écrivain ou non mais désigne aussi la discipline « avec un grand H ». En gardant cette explication en tête, je trouve ainsi logique que tu suggères des exercices théâtralisés en cours d’histoire comme on peut le faire en cours de littérature!

      1. Effectivement tout dépend de là où l’on se place Clémence. Lorsque l’on est enfant toutes les disciplines sont un peu au même niveau, et puis plus tard on peut hiérarchiser et donner plus d’importance à certaines.

        Enfant mon approche de l’histoire était la même que celle que j’avais de la littérature. L’histoire pour moi était justement une discipline « comme les autres ». C’était ennuyeux, long, il fallait apprendre beaucoup, par cœur presque, et puis après j’oubliais. Il m’a fallut quelques années et un peu de maturité en plus pour prendre conscience de ce que représentait cette discipline, tout comme il m’a fallut du temps pour apprendre à apprécier la littérature.

        En prenant un peu de distance et en sortant du corps de la préadolescente un peu révoltée que j’étais alors je peux maintenant dire que l’histoire n’est pas une discipline comme les autres dans la mesure où son enseignement représente un vrai enjeu identitaire pour les jeunes au niveau individuel mais aussi pour la nation. Enseigner l’histoire c’est contribuer à faire grandir des citoyens qui auront conscience du passé de leur pays, qui seront fiers de certaines choses et qui n’oublieront pas les horreurs afin de ne pas les reproduire. C’est la question de la mémoire. Imaginons un monde composé de personnes qui ignorent tout de ce qu’il s’est passé avant … impossible n’est-ce pas ?

  3. Pour avoir fait de l’Histoire comme l’entend Anne Vézier dans une autre langue que ma langue maternelle, je peux affirmer que c’est extrêmement plus complexe et difficile qu’on ne pourrait le penser. Même si beaucoup de ces exercices s’apparentes à une analyse de texte ou de roman, en cours littéraire le texte est là pour nous soutenir et nous donner le vocabulaire, les questions portent sur le texte pour mener à une compréhension fine puis vers l’interprétation et le texte littéraire est toujours moins vaste qu’un fait historique ou du moins c’est l’impression que j’en garde. Il faudrait alors enseigner un cours d’analyse de textes historiques; discours politiques, affiches, scènes cinématographiques etc. pour rester dans le cadre du cours de langue mais le problème reste le même: les apprenants auront besoin de beaucoup plus de connaissances que le support étudié. On ne peut nier que ces exercices didactiques de l’enseignement de cette discipline qu’est l’Histoire soient très stimulants et aident les apprenants à développer beaucoup de compétences et de savoirs-faire: reformulation, racontage, exprimer des opinions, analyser, émettre des hypothèses et leurs résultats ..etc. Il est clair que l’Histoire en France devrait être enseignée plus souvent comme le prône Anne Vézier et dès le plus jeune âge ( c’est quand même une aberration monstrueuse de savoir que l’historiographie n’est abordée que dans l’enseignement supérieur) afin de développer toutes les compétences qui s’en découlent. Je pense que l’on pourrait tirer des idées de l’enseignement de l’Histoire comme le prône Anne Vézier et l’adapter à certains cours de FLE ou de FOU mais je reste quand même réservée sur la fréquence de ces cours et des prérequis à avoir pour les comprendre et y participer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *