L’essai : Didi-Huberman lit Adorno pour voir les films de Farocki

Ci-dessous un extrait du livre de Georges Didi-Huberman (2010)  Remontages du temps subi. L’œil de l’Histoire, 2. (Paris : Minuit. Paradoxe – le sommaire de ce livre est à  cette adresse: http://www.leseditionsdeminuit.com/f/index.php?sp=liv&livre_id=2655). Cet extrait pour apercevoir quel travail à la fois intellectuel et imaginatif est à l’oeuvre dans la rédaction d’un mémoire, laquelle s’effectue fréquemment en relation avec des expériences de terrain (enquête, prise en charge d’enseignement…) à la manière dont le cinéaste Farocki travaille selon Didi-Huberman.  On pourra lire plus de développements et quelques regards de doctorants dans le billet suivant : http://ver.hypotheses.org/1122.

J’ai souligné le passage qui fait « coller » deux moments de la pensée-écriture de Didi-Huberman associant l’expérience cinématographique de Farocki et la réflexion épistémologique de Adorno… Didi-Huberman fait ce qu’il dit et dit ce qu’il fait en proposant ce « montage » avec sa « colle » : à vous maintenant de tenter de vous y « coller » en rédigeant de telles « transitions »  (voir la « consigne » plus bas)!

Cette particularité du cinéma de Farocki[1] – fonctionner comme une suite d’essais – ne tient pas seulement à ce que ses films « prolongent ses critiques cinématographiques et sont souvent accompagnés de textes écrits qui naissent avant, pendant et après le travail audiovisuel [en sorte que] l’écriture et la création d’images (ou l’assemblage d’images préexistantes) sont si intimement liés, chez lui, qu’elles naissent l’une de l’autre[2] ». Elle tient surtout à leur forme même, leur forme de montage. Il est fort intéressant de relire, en un tel contexte, l’essai fameux de Theodor Adorno intitulé, justement, « L’essai comme forme ». Ce qui me frappe aujourd’hui, devant ce texte des années cinquante, est son étroite parenté avec certains des textes des années trente, notamment les passages d’Ernst Bloch sur le montage dans Héritage de ce temps[3] et, surtout, les analyses de la méthode brechtienne par Walter Benjamin sous l’angle du document, du recadrage, du décalage et, donc, du démontage-remontage expérimental de toutes choses[4]. Tentons de préciser un peu, fût-ce rapidement que le sujet, sans doute, ne l’exigerait.

Un essai, selon Adorno, est une construction de pensée capable de n’être enfermée dans les strictes catégories logico-discursives. Cela n’est d’abord possible que par une certaine « affinité avec l’image », dit-il[5]. L’essai visant « une plus grande intensité que dans la conduite de la pensée discursive », il fonctionne par conséquent – ce sera, du moins, ma propre hypothèse de lecture – à la manière d’un montage d’images. Adorno nous dit qu’il rompt décisivement avec les fameuses « règles de la méthode » cartésienne. L’essai déploie, contre ces règles, une forme ouverte de la pensée imaginative où jamais n’advient la « totalité » en tant que telle. Comme dans l’image dialectique chez Benjamin, « la discontinuité est essentielle à l’essai [qui] fait toujours son affaire d’un conflit immobilisé ».

Comme dans tout montage également – au sens qui fut celui de Vertov et d’Eisenstein, au sens qui demeure celui de Godard et de Farocki –, « l’essai doit faire jaillir la lumière de la totalité dans le fait partiel, choisi délibérément ou touché au hasard, sans que la totalité soit affirmée comme présente. Il corrige le caractère contingent ou singulier de ses intuitions en les faisant se multiplier, se renforcer, se limiter, que ce soit dans leur propre avancée ou dans la mosaïque qu’elles forment avec d’autres essais ». Comme dans tout montage, les césures et les transitions diront l’essentiel, étant « amalgamées dans l’essai au contenu [même] de vérité ».

ACTIVITE D’ECRITURE : rédiger un court paragraphe de transition (qui fait tenir ensemble deux éléments pourtant hétérogènes)

1. entre deux citations décisives d’auteurs essentiels pour votre mémoire ;

2. entre deux exemples pris au « terrain » (cela peut-être des réponses dans des entretiens, des exercices dans des manuels, des comptes rendus dans des classes et d’une catégorie à l’autre…).


[1] Voir le site de ce cinéaste auquel est consacré la très longue seconde partie du livre de Didi-Huberman : http://www.farocki-film.de [note de S. M.]

[2] C. Blümlinger, « De la lente élaboration des pensées dans le travail des images », trad. P. Rusch, Trafic, n° 14, 1995, p. 28. Cf. également J. Becker, « In Bildern denken. Lektüren des Sichtbaren. Überlegungen um Essayistischen in Filmen Harun Farockis », Der Ärger mit den Bildern, op. cit., p. 73-93.

[3] E. Bloch, Héritage de ce temps (1935), trad. J. Lacoste, Paris, Payot, 1978, p. 204-211.

[4] W. Benjamin, « Etudes sur la théorie du théâtre épique » (1931) et « Qu’est-ce que le théâtre épique ? [2e version] » (1939), trad. P. Ivernel, Essais sur Brecht, Paris, La Fabrique éditions, 2003, p. 35-37 et 38-47. Cf. G. Didi-Huberman, Quand les images prennent position, op. cit., p. 75-100.

[5] T. W. Adorno, « L’essai comme forme » (1954-1958), trad. S. Muller, Notes sur la littérature, Paris, Flammarion, 1984 (éd. 2009), p. 27. [S. M. : Par la suite, les notes de bas de page de G. D.-H. renvoient aux pages de l’essai, successivement : p. 28 ; 18-21 ;  22 ; 21 ; 21 ; 26-27.]


Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française
DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche
Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Une réflexion sur « L’essai : Didi-Huberman lit Adorno pour voir les films de Farocki »

  1. Œil, image, forme… Suivant votre conseil je suis en train de lire « Ce que nous voyons, ce qui nous regarde » de Didi-Huberman également. Le sujet n’est pas le même et pourtant on sent l’auteur de ce que je lis actuellement dans ce que vous citez ici.
    Je me permets d’ajouter quelques mots sur « Ce que nous voyons, ce qui nous regarde » étant donné que cet ouvrage est du même auteur.
    Au commencement, il m’a paru globalement très pointu mais au fil de la lecture on remet en question ce que l’on a pu penser un jour de l’art contemporain, on voit la simplicité d’un œil nouveau. Il nous parle des « boites » de Smith et Morris entre autres mais par extension on pense aussi par exemple au simple aplat bleu de Klein. C’est « le rêve visuel de la chose même » *
    L’ouvrage soulève un certain nombre de questions que j’ai pu noter dans un petit coin, des éléments sur lesquels m’interroger dans le cadre de mon mémoire (sur l’utilisation de la photographie « d’art » ).
    En vrac :
    La perception immédiate ; la force de l’œuvre, l’élimination du détail (en classe de FLE la perception du détail justement n’est-elle pas à l’origine de nouvelles inférences ?), la stabilité des objets, l’image comme « ce en quoi l’autrefois rencontre le maintenant », les images dialectiques et la langue comme lieu ou il est possible de les approcher, etc.

    D’autres titres d’ouvrages du même auteur m’intriguent : « L ‘homme qui marchait dans la couleur » ; « Sentir le grisou », ; « Sur le fil ». Un véritable talent pour choisir des titres qui attisent la curiosité.

    Merci pour cette belle découverte.

    *Geroges Didi Huberman, (1992) « Ce que nous voyons, ce qui nous regarde ». Paris : Les éditions de minuit, p33.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *