La réflexion : une enquête ?

A la fin d’un cours Amélie, une étudiante en  deuxième année de master FLE, va demander à son professeur quelques informations pour l’élaboration de son mémoire.

 

A : Euh excusez-moi monsieur, j’aurais aimé savoir si vous pouviez répondre à quelques questions concernant mon mémoire…

P : D’accord, mais soyez brève je suis un peu pressé, j’ai un cours juste après !

A : Euh oui d’accord. Voilà, mon mémoire a pour thème l’enseignement des langues régionales en contexte FLE et je me demandais si je devais forcément mener une enquête de terrain pour…

P : Ah ! Eh bien je vous préviens, vous allez rencontrer quelques difficultés pour faire cette enquête de terrain ! Qui allez-vous bien pouvoir interroger ? Ce ne sera pas chose facile ! Il n’y a presque plus personne qui parle ces langues et elles ne sont absolument pas présentes en classe de FLE !

A : Ah oui et… justement, est-ce que je suis nécessairement obligée de faire une telle enquête ? Ne serait-ce pas possible de mener une réflexion purement théorique qui ne s’appuierait pas forcément sur des témoignages ? Je ne sais pas si je suis très claire dans mes propos…

P : Non je ne suis pas sûr de comprendre… Comment voulez-vous faire un mémoire sans enquête ? C’est comme si vous me disiez que vous devez prouver un crime sans preuves et sans témoins ! Vous pensez que cela est possible ?

A : En fait je pensais qu’avec ma bibliographie, je trouverais suffisamment d’informations pour élaborer ma réflexion et pour démontrer ce que je cherche à démontrer en dégageant des informations de mes lectures… Je me suis dit que ces informations issues de livres constitueraient des sortes de preuves, des arguments sur lesquels m’appuyer et qu’il n’était donc pas forcément nécessaire de mener une enquête !

P : Eh bien voilà, vous l’avez votre réponse ! Bonne journée !


Mathilde Guérin

Étudiante à Paris III

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *