Après l’atelier

Hier après-midi, je suis allée au MK2 Beaubourg pour une séance du film documentaire de Bernhard Braunstein : Atelier de Conversation. (C’était une séance ordinaire sans débat, ni questions/réponses.)

Je pense que ce film est un film important. Il l’est pour son propos, ou plutôt pour le propos que les participants portent en eux et expriment librement. J’ai beaucoup ri et presque pleuré. Je me suis sentie concernée par une bonne partie des points soulevés au cours des diverses discussions : Paris peut être une ville un peu hostile, vivre loin de ses proches est douloureux, etc. C’est indéniable et nous le savons très bien, ce qu’il se passe au sein d’un atelier de conversation, rassemblant des individus des quatre coins du monde, est émouvant.

Mais cela suffit-il pour porter un film documentaire ?

Je suis ressortie de la séance (assez) déçue pour plusieurs raisons, que je vais essayer d’exposer le plus clairement possible.

Le choix même des séquences m’a laissé un peu perplexe. J’aurais aimé plus d’explications. Pourquoi ces thèmes et pourquoi pas d’autres ? Plus le film avance et plus l’atelier est éclaté en petits fragments d’ateliers. Le montage est à la fois très sévère et curieusement organisé. Résultat, le film peine à imposer son rythme et on s’ennuie parfois un peu alors qu’il dure tout juste 1h10.

À mes yeux, Atelier de conversation manque finalement cruellement de contexte. On entre trop vite dans le vif du sujet. J’aurais aimé une voix-off, des renseignements, sentir un engagement. Tous les spectateurs ne sont pas autant familiarisés à ce qu’est un atelier de conversation, que nous, étudiants en didactique du FLE.

Ou alors le contexte se trouve-t-il dans tous ces (looongs) plans fixes sur les employés de la BPI en fin de journée, ou sur les étudiants qui travaillent ? Peut-être.

Il y a à mes yeux, plus de souffle et d’énergie dans le synopsis[1] du film, que dans le film lui-même. C’est un peu dommage.

Quatre éléments que j’ai trouvés particulièrement intéressants :

  • Le fait que l’on ne voit jamais l’animateur pendant la scène d’ouverture. (D’ailleurs, j’aurais aimé qu’on ne le voit à aucun moment du film. Il fait très bien son rôle de médiateur, il reste effacé et n’intervient qu’en cas de force majeure, pourquoi choisir de le montrer à l’écran ?)
  • Les gros plans sur les réactions des participants lorsque quelqu’un prend la parole. Les gens qui parlent sont filmés en direct (presque) seulement lorsque quelqu’une émotion très démonstrative apparaît sur leurs visages, autrement la caméra se promène un peu partout dans la pièce de sorte à ce que le spectateur puisse entrevoir tout le monde.
  • La scène de clôture, avec les participants qui se saluent en français ou non, échangent leurs contacts, sans que le spectateur ne puisse entendre ce qu’ils disent.
  • Le générique, très sobre prénom/nationalité.

Somme toute, je crois que j’aurais bien aimé entendre parler le réalisateur. Malheureusement, je ne pouvais me rendre à aucune autre séance. Filez-y tant qu’il est encore temps !

[1] Dans la Bibliothèque publique d‘information, au Centre Pompidou à Paris, des personnes venant des quatre coins du monde se rencontrent chaque semaine, dans l‘Atelier de conversation pour parler français. Les réfugiés de guerre côtoient les hommes d‘affaire, les étudiants insouciants croisent les victimes de persécutions politiques. Malgré leurs différences, ils partagent des objectifs communs : apprendre la langue et trouver des allié(e)s et des ami(e)s pour pouvoir (sur) vivre à l‘étranger. C‘est dans ce lieu rempli d‘espoir où les frontières sociales et culturelles s‘effacent, que des individus, dont les routes ne se seraient jamais croisées, se rencontrent d‘égal à égal. (Allociné)


Pauline Rigaldie

Étudiante en M2 spécialité 1 « Didactique du français langue étrangère et langues du monde » à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle

More Posts

6 réflexions sur « Après l’atelier »

  1. Merci de partager ce billet ; je me souviens d’avoir projeté « Entre les murs », de Laurent Cantet (Palme d’Or 2008 à Cannes), à des étudiants en Chine, mais cette vision de l’école en France les avait effrayés…

  2. Il est vrai que parfois, notre curiosité intellectuelle nous conduit à tâter sur le terrain un certain nombre de questionnements auxquels on s’interroge, malheureusement, la réalité des faits ne correspond pas systématiquement à nos attentes. En tout cas même si, ce film t’as laissé sur ta fin, cela t’as permis au moins d’accroitre ton raisonnement et de souligner les interrogations importantes sur la manière de diriger ton sujet de mémoire. D’ailleurs, je les trouve très pertinentes, alors, des fois, ce sont les déceptions qui nous permettent de rebondir et d’alimenter notre réflexion dans la bonne direction. Bonne continuation Pauline !

    1. C’est curieux que tu me dises ça Taous, parce que je n’ai vraiment pas du tout pensé à mon sujet de mémoire en regardant ce film ou encore en écrivant ce billet après coup. (Il faut croire qu’il y a vraiment deux identités distinctes en moi, la cinéphile et la cinéphile-chercheuse haha.)

      Néanmoins, je pense que ce film pourrait être intéressant à visionner en classe de FLE, ne serait-ce que pour poursuivre avec les apprenants les discussions qu’il ouvre. Donc c’est vrai qu’en cherchant un peu, on peut toujours faire le lien ! Bonne continuation à toi aussi.

  3. Un grand merci Pauline pour ce premier compte rendu sur un film évidemment incontournable pour tous ceux qui s’intéressent à la didactique des langues et au-delà à notre société. Oui merci même pour les réserves !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *