Compte rendu du livre d’André Chervel. La culture scolaire. Une approche historique

Dans son œuvre intitulée La culture scolaire. Une approche historique, André Chervel (1998) regroupe une dizaine d’articles publiés durant les dix dernières années et s’efforce d’établir l’existence d’une culture spécifique scolaire et d’analyser les relations qu’elle entretient historiquement avec la société. De son point de vue, l’école ne constitue pas qu’un moyen, qu’un outil ou qu’un agent pour transmettre le savoir et la culture globale, elle les modifie en apportant de nouveaux contenus d’enseignement et forme progressivement une culture scolaire spécifique. 

Au lieu d’attaquer directement la notion de « culture scolaire », Chervel (1998) consacre son premier chapitre à mettre en lumière l’histoire des disciplines scolaires. Il se penche ensuite sur les travaux écrits des élèves dans l’enseignement secondaire au 19ème siècle en se basant sur leurs devoirs, les enquêtes officiels ainsi que le témoignage des enquêtes. Ces documents nous permettent d’avoir un bref aperçu sur les trois types d’activités de l’enseignement (les devoirs, l’explication des auteurs et le cours), la situation pédagogique, la réglementation officielle et l’innovation des exercices de l’époque. Dans les chapitres suivants, Chervel (1998) se focalise sur l’évolution de l’enseignement de la composition française, en particulier sur le passage du discours à la dissertation littéraire. À travers l’observation des manuels, il montre que la version française a en effet favorisé l’enseignement du français et a donné lieu aux plusieurs styles du français tels que le style substantif, l’inversion et la phrase périodique. Le cinquième chapitre est distribué à la formation humaniste et au programme officiel. Vient par la suite la réforme de l’orthographe. Grâce aux efforts des maîtres de l’école primaire et à la loi de Guizot (1833), l’enseignement de l’orthographe est devenu obligatoire à l’école. Mais Ferdinand Buisson, le directeur de l’Instruction primaire de l’époque, a pris l’initiative d’une réforme bouleversante concernant le certificat d’études, le brevet élémentaire, le brevet supérieur et les contenus d’enseignement. Il s’est attaché à l’enseignement de la lecture, de la récitation et de la composition française et mettait moins d’accents sur l’orthographe, en particulier sur la pratique de la dictée à l’école. L’enseignement de l’orthographe était donc en décadence. Après la réforme de l’orthographe française, Chervel (1998) s’intéresse à l’enseignement des langues anciennes dans les collèges de l’Oratoire sous l’Ancien Régime et effectuent quelques observations et réflexions sur sa spécificité et son modernisme. Dans le chapitre 8, il retrace l’histoire de l’enseignement secondaire en France en l’associant avec l’enseignement primaire. Puis il nous amène à la formation littéraire des polytechniciens et des débats concernant l’école polytechnique et l’université. Dans les deux derniers chapitres, il met en cause le niveau des élèves d’aujourd’hui et essaie d’éclairer le lien entre les disciplines scolaires, l’école et la culture en s’appuyant sur l’exemple de l’orthographe. Le phénomène de la baisse du niveau des études, du déclassement résultant de l’éducation, l’« effet Wilamowitz » (Chervel, 1998 : 184) et les effets imprévus de l’enseignement de l’orthographe justifient l’existence d’une culture spécifique qui est née et diffusée à l’école mais qui vient à son tour transforme et modifie la culture et la société globale dans lesquelles elle est imprégnée.

Pour conclure, nous nous permettons de poser quelques questions et quelques doutes sur cette œuvre. Il nous semble que Chervel (1998) se charge plutôt de démontrer l’existence de la culture scolaire dans son livre au lieu de la définir ou décrire d’une manière détaillée et explicite. Nous avons compris globalement en quoi consiste la culture scolaire française, mais nous n’avons pas vraiment bien saisi la notion générique de « culture scolaire » qui est exactement le titre du livre. Si Chervel (1998) se concentre uniquement sur la culture scolaire française, il nous semble plus pertinent d’ajouter « française » à la fin du titre pour que le titre soit plus clair pour les lecteurs. Par ailleurs, la « culture scolaire » constitue-t-elle la même notion que la « culture éducative » ? En effet, en lisant le livre, ce que Chervel (1998) nous présente comme culture scolaire ne correspond pas vraiment à ce que nous attendons pour la notion de « culture scolaire ». C’est probablement nous qui se confondons la « culture scolaire » et la « culture éducative ». Dans ce cas-là, quelles sont les différences entre les deux notions ? L’étude historique de Chervel (1998) porte principalement sur les travaux écrits et les dimensions orales ne sont pas du tout abordés dans ce livre. Pourtant, de notre point de vue, l’enseignement de l’oral consiste à un constituant très important de la culture scolaire française. La « culture scolaire » que présente Chervel dans son livre est très enrichissant et intéressant, mais ne suffit pas pour la rédaction de notre mémoire qui a besoin d’aborder la culture éducative d’une manière plus complète et générique. Il nous faut donc trouver encore des livres pour compléter et enrichir nos connaissances et nos réflexions sur ce sujet.

Bibliographie:

Chervel A. 1998. La culture scolaire. Une approche historique. Paris : Belin.


Hui

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et seconde à l'Université de Paris 3-Sorbonne nouvelle, option reccherche

More Posts

2 réflexions sur « Compte rendu du livre d’André Chervel. La culture scolaire. Une approche historique »

  1. Il semblerait que cet article de Chervel ait suscité en toi plus de questionnements que de réponses, même si, tu t’intéresses davantage à la culture éducative, il n’en demeure pas moins, que celle-ci ait un lien cohésif avec la culture scolaire.

  2. Merci Hui de faire un compte-rendu de ce livre, il est en effet difficile de tous les lire… Si j’avais eu la chance de le voir publier plus tôt en cette année universitaire, il aurait pu me servir pour la constitution d’un certain dossier…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *