SUJET ET PLAN DE MÉMOIRE : UNE ARTICULATION NÉCESSAIRE

Crédit photo : Marc Lens Siméon

Plusieurs échanges ont déjà eu lieu entre nous et notre directrice de mémoire Mme Pascale TREVISIOL OKAMURA. Ils concernent respectivement : la présentation de notre sujet, la problématique de recherche ainsi que le plan du travail. Ces échanges nous ont amené à au moins une certitude : un projet de recherche ne peut évolution dans sa formulation sans l’être aussi à travers son plan de rédaction. Or la formulation de notre sujet été modifiée en raison de la réalité de ce que nous avons choisi comme terrain de recherche. Il s’intitule : L’enseignement-apprentissage du français langue seconde en contexte créolophone haïtien : les difficultés du passage de la diglossie au bilinguisme. 

Notre terrain de recherche a une caractéristique particulière, c’est qu’il est partagé entre l’histoire de la réforme du curriculum de l’enseignement scolaire en Haïti que nous explorerons en partie et la réalité de l’enseignement/apprentissage du français langue seconde dans quelques écoles. L’axe de la recherche sera placé sur les questions de contact de langue dans un contexte « bilingue » où la langue commune le créole est généralement interdit d’usage (pas seulement en classe de langue mais dans les établissement). Ce dernier exerce pourtant une grande influence sur l’apprentissage.

Un plan donne en général une première idée de la manière dont l’esprit s’organise dans sa démarche en vue de bien conduire la tâche qui consiste à « classer, ranger, effectuer logiquement des agencements divers pour construire nos pensées » (J. Russ et F. Farago, 2017 : 113). J. Russ et F. Farago distingue entre autres quatre types de plan : le plan dialectique, le plan progressif, le plan notionnel et le plan par confrontation de notions. Par ailleurs, dans la plupart des disciplines universitaires des modèles de plans s’érigent en stéréotypes : le plan en deux parties en droit ou le plan en trois parties en didactique des langues.

Pour notre part, tout en suivant le modèle du plan en trois parties dans sa forme, mais pour une meilleure articulation de notre travail de mémoire, au lieu d’adopter le fond cadrage théorique (I), présentation de la recherche et des données (II), analyse et interprétation des données (III), nous organiserons notre mémoire de la manière suivante :

Plan 2 (ce plan est ainsi identifié parce qu’il a subi une première grande modification)

Introduction

Chapitre I : La problématique historique de la diglossie en Haïti

  1. La diglossie en créolistique
    • Les apories de la sociolinguistique en monde post-colonial
    • Les recherches sur le créole
    • Diglossie et bilinguisme
  2. Conception des deux langues
    • Le français : langue de la culture
    • Le créole comme frein
  3. Le bilinguisme dans les objectifs des réformes
    • La réforme Bernard (1982) : une nouvelle approche du créole
    • La nouvelle impulsion de la réforme
      • Les prescriptions du Ministère de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle (MENFP)
      • Les prescriptions des établissements scolaires

Chapitre II : Approche théorique de l’enseignement du français en contexte bilingue

  1. Deux langues, deux statuts
    • Le français, langue d’enseignement
    • Le créole, langue véhiculaire
  2. Phénomènes liés au contact de langues
  3. L’influence de la langue première en acquisition des langues
    • Une actualité dans la RAL
    • La langue première en classe de langue

Chapitre III : Présentation et Analyse des données

  1. Terrain d’enquête et données recueillies
    • Présentation du terrain
    • Description de l’enquête
  2. Analyse des données au regard des théories actuelles
    • La prévention du transfert négatif et des interférences
    • La correction des erreurs
    • Les stratégies des apprenants

 Conclusion

Ouvrages consultés :

  1. RUSS, F. FARAGO (2017), Les méthodes en philosophie, 3e édition, Malakoff, Armand Colin, 256 p.
  2. Michel BEAUD (2006), L’art de la thèse, 5e édition, Paris, La Découverte, 208 p.

 


Marc Lens Siméon

M2 Didactique des langues - Sorbonne Nouvelle, Paris 3 / Champs d'intérêt : Littératures francophones et Théories postcoloniales, Analyse du Discours et Recherches en acquisition de langues

More Posts

4 réflexions sur « SUJET ET PLAN DE MÉMOIRE : UNE ARTICULATION NÉCESSAIRE »

  1. Je trouve intéressant la façon dont tu as agencé ton plan de mémoire, tes chapitres sont claires et merci d’avoir fait référence aux différents plans susceptibles d’être réalisés dans une recherche. Il est vrai que le plan et la problématique sont déterminants dans la construction du mémoire et comme, tu l’as évoqué précédemment dans un billet et que je reprends ici de façon métaphorique, les deux sont les principaux piliers de ce que tu nommes « chantier » et donc du mémoire.

  2. Il faudrait indiquer une catégorie au billet…
    Articuler un plan et une problématique, voilà effectivement un des axes décisifs de l’écriture de recherche…

    1. Cher professeur,
      J’ai le plaisir de lire cet petit commentaire de vous. Je vais essayer de catégoriser mon billet. Je vous enverrai un mail concernant mon mémoire. Je sais combien vos conseils, en bon prof de méthodologie, sont toujours précieux. Comme un étudiant l’a dit récemment dans un commentaire autour de mon billet titré « les trois lieux du chantier de mémoire », à ce stade les idées se bousculent et il faut opérer des choix, faire des classements, des rangements, des agencements divers. A bientôt!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *