Quand un rien fait penser au mémoire…

Ce début d’année (/de second semestre de M2) est difficile pour tout le monde. C’est pour cette raison que j’ai décidé de partager avec vous mon astuce pour tenir le coup et penser à autre chose qu’au mémoire :

Reprendre du début l’intégrale des Peanuts (oui, ce billet est très sérieux).

Pour ceux qui ne connaissent pas, (Snoopy et les) Peanuts, c’est le petit bijou qu’a mené quotidiennement pendant cinquante ans l’auteur de bande-dessinées Charles M.Schulz. Comme il s’agit d’un comic strip, les histoires (la plupart du temps des gags, parfois juste des pensées) sont courtes. En effet, elle tiennent sur une seule bande (celles du dimanche sont plus longues : une page entière), aucun risque donc de s’endormir dessus et encore moins de se lasser… Sauf peut-être si l’on enchaîne les presque 18 000 strips à la suite. L’auteur met en scène un groupe de jeunes enfants pour pointer du doigt de nombreux points de son quotidien ou de la société. Les personnages, volontairement nostalgiques et tristes, égoïstes et déprimés, n’en restent pas moins attachants, touchants et drôles.

En réalité, il s’agit plus d’une astuce pour tenir le coup que d’une astuce pour penser à autre chose qu’au mémoire, car, étrangement, quoi que je fasse, il revient toujours au galop. Ce n’est pas un défaut me direz-vous, tous les prétextes sont bons pour réfléchir !

D’ailleurs Schulz le dit lui même : « Il est important que les gens puissent lire ce qu’ils veulent lire dans ce qu’ils regardent ou lisent. » (entretien avec Charles M. Schulz par Rick Marschall en 1987).

Alors pourquoi ne pas y voir l’évolution de son mémoire ?

Vous trouverez donc ci-dessous, tous les strips auxquels je me suis identifiée et qui m’ont (plus ou moins) aidé et fait méditer quant à ma recherche, à des moments qui ne lui étaient finalement, pas du tout dédiés : conseils, constats, traits d’humour… J’espère que ces quelques cases vous permettront au mieux d’avancer, au pire, de rire un peu.

Strips extraits de l’intégrale 1950-1950 publiée chez Dargaud en 2005 (traduction française par Fanny Soubiran — elle est vraiment réussie).


Pauline Rigaldie

Étudiante en M2 spécialité 1 « Didactique du français langue étrangère et langues du monde » à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle

More Posts

2 réflexions sur « Quand un rien fait penser au mémoire… »

  1. Merci Pauline de nous permettre, en lisant les « strips » de Schultz, de nous reposer l’esprit.
    Quant à moi, pour passer à autre chose, je me balade dans Paris (sous la neige ou au soleil) ou regarde quelques séries télé (comme l’excellentissime « Leftovers »), la lecture me fatigant quelque peu à la longue…

  2. Merci Pauline de nous permettre, en lisant les « strips » de Schultz, de nous reposer l’esprit.
    Quant à moi, pour passer à autre chose, je me ballade dans Paris (sous la neige ou au soleil) ou regarde quelques séries télé (comme l’excellentissime Leftovers), la lecture me fatigant quelque peu à la longue…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *