Mon projet de mémoire

L’enseignement de la littérature en classe de FLE en contexte universitaire chinois

La littérature occupe depuis longtemps une place incontestable en classe de langues, et les textes littéraires sont « … utilisés tout à la fois comme modèles, outil et objet de la formation des élèves » (Fraisse, 2012 : 36). Cependant, depuis la deuxième moitié du XXe siècle, à la suite de l’évolution profonde des méthodologies de la didactique du français, l’enseignement de la littérature est confronté à une crise. Etant donné que l’enseignement du français langue étrangère se focalise de plus en plus sur une compétence de communication et sur l’oral, la littérature, considérée comme un outil peu pragmatique, se trouve graduellement en marge de la classe en concurrence avec les autres supports multimédia. Même si le CECRL mentionne la littérature d’une manière implicite, il ne lui accorde pas une place suffisamment importante :

Les littératures nationale et étrangère apportent une contribution majeure au patrimoine culturel européen que le Conseil de l’Europe voit comme « une ressource commune inappréciable qu’il faut protéger et développer ». Les études littéraires ont de nombreuses finalités éducatives, intellectuelles, morales et affectives, linguistiques et culturelles et pas seulement esthétiques. Il est à espérer que les professeurs de littérature à tous les niveaux trouvent que de nombreuses sections du Cadre de référence sont pertinentes pour eux et utiles en ce qu’elles rendent leurs buts et leurs démarches plus transparents.  (Conseil de l’Europe, 2001 : 47)

En Chine, l’histoire de l’enseignement du français remonte à la fin du XIVe siècle, dans les « écoles religieuses » et « les écoles publiques … fondées par le gouvernement chinois sur le modèle occidental » (Li, 2009 : 20). Après la fondation de la République populaire de Chine, notamment après la réforme et l’ouverture sur le monde extérieur en 1978, grâce à la coopération étroite sino-française dans de divers domaines, l’enseignement du français en milieu institutionnel s’est développé à toute vitesse et a accueilli « une ère de renouveau et d’expansion » (Fu, 2005 : 28). Selon l’ambassade de France à Pékin, en 2015, plus de 140 universités chinoises disposaient d’un département ou d’une spécialité de français. Malgré ce grand progrès, les méthodologies n’évoluent pas beaucoup et se caractérisent encore par une « tradition didactique de méthode grammaire-traduction » (Besse, 2011 : 250). La compréhension écrite, la grammaire et la traduction constituent une grande partie du contenu dans le processus d’apprentissage. Néanmoins, la situation de l’enseignement de la littérature ne semble pas assez optimiste.

D’une part, ayant pour objectif de former des talents en langues étrangères, qui permettent de favoriser la coopération économique et la communication culturelle entre la Chine et les autres pays, l’enseignement supérieur du français donne la prépondérance aux articles de presse. Cela répond également aux besoins de la plupart des étudiants qui souhaitent devenir traducteurs/interprètes dans leur future carrière. D’autre part, l’application de la méthode SGAV et de l’approche communicative en Chine conduit à l’utilisation d’avantage des dialogues de la vie quotidienne et des supports multimédia que les textes littéraires. En outre, la littérature française semble être plus ou moins difficile aux yeux des apprenants sinophones d’un niveau élémentaire. Par conséquent, l’enseignement de la littérature sera restreint à l’explication sémantique et grammaticale du texte et à la traduction, et les enseignants auront besoin de faire plus d’efforts au cours de la préparation. C’est la raison pour laquelle la plupart des universités décident d’élaborer le cours de la littérature française à partir du deuxième cycle d’études (3e et 4e année de licence), afin d’aider les étudiants dont le niveau du français est plus avancé à apprendre la rhétorique, ainsi qu’à formuler un commentaire littéraire.

Bien que la littérature française n’occupe pas une place dominante dans l’enseignement supérieur du français en Chine, il est à noter que ses apports ne peuvent pas être négligés. En premier lieu, la littérature est un monde plein de possibilités à exploiter en ce qui concerne les savoirs linguistiques. Comme ce que Cuq proposait, « la littérature est également un réservoir des possibles de la langue, un espace où la langue est travaillée et se travaille » (Cuq, 2003 :159). La diversité des corpus littéraires et des activités permet aux étudiants de se perfectionner en dimension linguistique.

Le deuxième point qui mérite d’être souligné est que la littérature favorise l’amélioration des compétences culturelles et interculturelles. Comme ce que Bora Azaya indiquait, « … la littérature peut aboutir à la découverte d’une autre réalité que celle de l’étudiant » (Bora Azaya, 2008 : 17). Cuq remarquait aussi cette importance : « … la littérature est également le lieu de croisement des cultures et l’espace privilégié de l’interculturalité » (Cuq, 2003 : 159). Pour les étudiants chinois, la littérature est un lien qui les attache à la communauté française, qui semble loin d’eux. A travers les textes littéraires, ils ont accès aux références culturelles partagés par les Français, et peuvent avoir une connaissance plus raffinée et plus profonde sur la culture française de différentes époques.

Par ailleurs, la littérature sert à développer la compétence de réflexion chez les apprenants. Comme disaient Albert et Souchon, « les activités d’écriture amènent l’apprenant à considérer le texte non pas comme un produit fini mais comme quelque chose en train de se faire » (Albert, Souchon, 2000 : 61). L’interprétation des textes littéraires et la participation à l’écriture littéraire est un processus qui nécessite une réflexivité chez les apprenants.

En dernier lieu, la littérature française constitue un objet qui attire l’intérêt et stimule la motivation chez les étudiants. Le goût à la littérature française aura effectivement un impact favorable sur l’apprentissage du français. Il nous faut ainsi redonner le goût à la lecture aux apprenants.

Ayant envie d’enseigner le français dans une université chinois après nos études, nous avons besoin de mieux connaître l’utilisation de la littérature en classe de FLE. Ce mémoire repose ainsi sur l’enseignement de la littérature française en classe de FLE en contexte universitaire chinois. Il serait intéressant pour nous de savoir dans quelle mesure la littérature pourrait s’intégrer en classe de FLE dans les universités chinoises.

Il semble légitime de s’interroger sur :

  • Quels auteurs sont étudiés ? Dans quel ordre ?
  • Quels genres d’extraits seraient pertinents par rapport aux étudiants chinois spécialisés en français ?
  • Quels types d’activités pourraient être proposées à partir de ce support ?
  • Quels enjeux linguistiques, didactiques et culturels dans son fonctionnement ?
  • Quelles propositions pédagogiques pour surmonter ces enjeux ?

Pour effectuer cette recherche, nous aborderons dans un premier temps la notion de la « littérature » et sa place dans l’enseignement du français, en nous appuyant sur les théories littéraires et didactiques. Cette partie constitue ainsi le cadre théorique qui nous permet de poursuivre notre recherche sur le terrain. Nous nous intéresserons ensuite à présenter précisément la situation actuelle de l’enseignement supérieur du français aux universités chinoises, à partir de nos expériences personnelles, des recherches accomplies par les professeurs chinois et de l’analyse des programmes publiés en Chine. Nous tentons d’analyser dans la troisième partie l’organisation des manuels de littérature et les pratiques d’enseignement, afin de montrer les auteurs et les ouvrages choisis, les activités proposées, les objectifs élaborés et les méthodologies mises en place. A part l’analyse personnelle et comparative des manuels, des entretiens individuels avec certains professeurs de français dans les universités chinoises, des questionnaires distribués en ligne aux étudiants chinois spécialisés en français, ainsi que des observations de cours de littérature composent les données principales de notre recherche. Après l’analyse des résultats recueillis, nous essayons d’illustrer en dernier lieu les enjeux linguistiques et culturels qui se trouvent dans le contexte éducatif et dans le fonctionnement de ce support pédagogique, dans le but de proposer des stratégies possibles pour les surmonter.

Cette recherche nous aidera à mieux comprendre le rôle et la mise en pratique de la littérature française au sein des universités chinoises. Etant donné que la diffusion du français en Chine a entré dans une phase prospère, en tant que future professeur de FLE, nous sommes curieuse de savoir dans quelle mesure l’enseignement de la littérature pourrait s’intégrer dans l’enseignement supérieur du français. Nous voudrions aussi ouvrir une réflexion sur comment profiter de cet outil pédagogique plein de potentiels face aux enjeux rencontrés dans les pratiques.

Mots-clés : littérature, FLE, université chinoise

Bibliographie

Albert, M.-C. ; Souchon, M., (2000), Les textes littéraires en classe de langue, Paris, Hachette.

Besse, H., (2011), « Un point de vue sur l’enseignement du français en Chine », Synergies Chine, n° 6, pp. 249-260.

Boza Araya, V., (2008), « La littérature dans la classe de FLE : quelle utilité ? et quelle portée ? », vol.XXXXIII, n°1, pp. 15-29.

Conseil de l’Europe, (2001), Cadre européen commun de référence pour les langues, Paris, Didier.

Cuq, J.-P. (dir.), (2003), Dictionnaire de didactique du français langue étrangère et seconde, Paris, CLE International.

Fraisse, E., (2012), « L’enseignement de la littérature : un monde à explorer », Revue internationale d’éducation de Sèvres, n°61, pp. 35-45.

Fu, R., (2005), « Politiques et stratégies linguistiques dans l’enseignement supérieur des langues étrangères en Chine nouvelle », Synergies Chine, n°1, pp. 27-39.

LI, Q., (2009), Vers une nouvelle pédagogie de la littérature – réflexion sur l’utilisation des textes littéraires dans l’enseignement du français langue étrangère au sein des universités chinoises, thèse de doctorat en didactique des langues, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3.


Xue LI

Etudiante en Master 2 Didactique du français et des langues du monde à l’Université de Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

More Posts

Une réflexion sur « Mon projet de mémoire »

  1. Concernant l’enseignement de la littérature française en classe de FLE en Chine, mon expérience d’enseignant là-bas me fait dire qu’elle est largement perfectible. En effet, elle était surtout basée sur l’enseignement de connaissances générales, comme des dates, noms, titres, etc. Lorsqu’on évoquait les mouvements, l’accent n’était même pas mis sur ce que ces mouvements représentaient plus largement ; pour les auteurs, le style était à peine effleuré ; il n’y avait presque pas de lectures à voix haute, alors qu’elles sont essentielles à la bonne compréhension d’une œuvre ; les étudiants n’étaient pas vraiment incités à lire des ouvrages en français et s’ils le faisaient, ils s’arrangeaient pour lire les traductions chinoises ; les livres conseillés n’étaient pas adaptés aux publics (trop longs, trop compliqués, langue trop éloignée de celle connue des étudiants, sujets peu passionnants, etc.) ; les bibliothèques étaient très peu fournies en livres français (surtout récents), et lorsque les départements en recevaient, certains enseignants en profitaient pour les récupérer et en garnir leur bibliothèque personnelle… De mon côté, j’essayais de constituer une liste de textes courts (nouvelles, poèmes, extraits) qui pouvaient constituer un tout et à partir desquels on pouvait élaborer des séquences, mais je n’étais pas vraiment aidé, ni par le canevas du cours, ni par l’institution qui souhaitait simplement préparer les étudiants à leur examen final plutôt qu’à leur faire découvrir et aimer la littérature francaise, et de là sa langue et sa culture à travers elle.
    J’espère que ton memoire aura une certaine portée et que tu enseigneras Intelligemment cette noble matière de retour en Chine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *