Compte rendu du colloque : Circulation des savoirs : écriture(s) et réflexivité dans la formation et la recherche

 

Ce colloque a eu lieu à l’Amphi Durkheim, le 1er décembre, 2017. Il interrogeait les écrits produits par les étudiants du master didactique du FLE et des langues co-habilité et les doctorants. La réflexion consiste à la réflexivité sur les savoirs en construction et il centre aussi sur les processus de professionnalisation et d’entrée dans le métier. En même temps, Les contributions apportaient des éclaircissement sur les cohérences méthodologiques et épistémologiques des parcours de formation et les enjeux d’un Portfolio de formation par la recherche en tant que résultante du Projet FARR.

Je voudrais faire une résumée de la conférence de Lucile CADET qu’il s’agit du parcours biographique dans le paradigme de la réflexivité : d’une posture réflexive critique à une posture critique de la réflexivité. L’objectifs sont d’interroger la nature des savoirs que mobilisent les enseignants et futurs enseignants pour interpréter une action d’enseignement dans le cadre d’activités dites réflexives, d’interroger le rapport aux savoirs que les discours des enseignants mettent au jour et d’analyser la posture de l’auteur du discours et la façon dont son image professionnelle et son identité socio-discursive se construisent.

Dans un premier temps, on a centré la réflexion sur le paradigme de la réflexivité, pour la définition, c’est l’analyse de l’action qui fournit les savoirs professionnelles pour réaliser un avancement des connaissances dans le métier, toute pratique manifeste une réflexion dans l’action et une réflexion sur l’action. La réflexivité ferait adopter une posture d’extériorité par rapport au processus et au produit de la réflexion. De plus, la réflexivité est une compétence sociale attendue dans le monde su travail et dans le contexte sociale plus généralement. Il existe la controverse entre « posture réflexive montrée » ( modalités discursives, savoir-faire rédactionnel ) et « posture réflexive réelle » ( portant sur les objets d’enseignement ), la réflexion a valeur en soi. Dans un deuxième temps, la formation des enseignants insiste sur le développement d’un «enseignant réflexif » capable de nourrir sa pratique des acquis de la recherche scientifique. Il s’agit d’un projet qui vise à developer la réflexivité critique des enseignants-stagiaires. Une série d’actes réflexifs est essentielle : je questionne, je prends positon, je critique, je décide.

Finalement, à partir d’un retour sur les travaux que CADET Lucile a menés sur les verbalisations d’enseignants et de futurs enseignants, nous avons mené une réflexion sur la question de réflexivité, de son usage en formation, de ses formes d’expression, des dispositifs qui la font naître, des formes de son accompagnement, de son évaluation, mais aussi de ses limites. Le cheminement et des questionnement quotidiens d’étudiante d’abord puis d’enseignante et de chercheurs, qui évolue dans le paradigme professionnel dominant de la réflexivité, d’une posture réflexive critique à une posture critique de la réflexivité.

Bibliographie

CADET Lucile (2017). Discours professionnels et rapport aux objets et aux savoirs didactiques. Des genres, des pratiques, des effets et des limites de la réflexivité. Les Cahiers de l’ASDIFLE, n.28, pp.154-164.

CADET Lucile & CICUREL Francine (2017). Réfléchir les pratiques enseignantes – de l’analyse des interactions didactiques à l’analyse des discours sur les pratiques. N. Guichon & M. Tellier (Éds.). Enseigner l’oral en ligne. Une approche multimodale. Paris : Didier, pp.243-265.

CADET Lucile (2012). Le journal de bord d’apprentissage, un adjuvant ou un obstacle à la construction professionnelle. A. Gohard-Radenkovic, S. Pouliot & P. Stalder (Éds.). Journal de bord, journal d’observation. Un récit en soi ou les traces d’un cheminement réflexif. Bern, Peter Lang : coll. Transversales, pp.197-232


WEN Yuehan

Étudiante en Master 2 de Didactique du français langue étrangère et langues du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3.

More Posts

3 réflexions sur « Compte rendu du colloque : Circulation des savoirs : écriture(s) et réflexivité dans la formation et la recherche »

  1. De ce colloque, je me souviens notamment de la réflexion du directeur du département, M. Chiss, qui avait semblé quelque peu perplexe quant au caractère de nouveauté de ce projet FARR, mais qui avait toutefois souligné le bon travail de ses collègues…

  2. Merci pour ce compte rendu, j’ai raté cette intervention sur la l’écriture et la réflexivité, que je trouve très intéressante, car il est vrai que les deux sont indissociables et pour ma part, elles constituent une compétence conjointe qui n’est pas facile à raccorder au quotidien et encore moins en recherche.

    1. Merci pour ton commentaire,tu as raison, il est vrai que la relation entre l’écriture et la réflexivité nous donne l’inspiration sur la recherche et l’enseignement. Il faut que l’on mette l’accent sur ce point-là.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *