Georges Perec, sa vie, son œuvre

Georges Perec1 est né à Paris en 1936 et est décédé à Ivry-sur-Seine en 1982. Il est l’un des plus importants écrivains français du XXe siècle, et a ainsi vu son œuvre couronnée de prix (Les choses, prix Renaudot 1965 ; La vie mode d’emploi, prix Médicis 1978).

Romancier, poète, dramaturge, essayiste, son œuvre embrasse tous les genres, même les verbicrucismes, ou art de composer des grilles de mots croisés. Parmi ses thématiques préférées se retrouvent le quotidien (qu’il met en scène dès son premier roman, Les choses, 1965), l’environnement (Espèces d’espaces, 1974 ; L’infra-ordinaire, 1989), le souvenir (Je me souviens, 1978), le manque (La disparition, 1969, W ou le souvenir d’enfance, 1975), l’intime.

Ce qui caractérise aussi l’œuvre de Perec, ce sont les contraintes d’écriture qu’il s’impose avant de se mettre à écrire. Ces contraintes l’obligent à repenser les codes établis, et font ainsi naître des possibilités inattendues. Chez Perec, il y a par exemple le goût pour les listes, qui se manifeste dans Espèces d’espaces ou Penser/classer (1985). À ce titre, il fut accepté par le groupe littéraire de l’OuLiPo (Ouvroir de Littérature Potentielle), sorte de laboratoire de recherche littéraire créé par François le Lionnais et Raymond Queneau (créé en 1960 et qui perdure jusqu’à ce jour), et qui requiert justement de ses membres de s’imposer de telles contraintes avant de se lancer dans l’écriture. L’exemple sans doute le plus célèbre de ce processus créatif se retrouve dans son roman La Disparition (1969), rédigé sans jamais utiliser la lettre « e ». Bien sûr, il ne faut pas voir dans cet artifice un simple caractère ludique, mais se poser la question du pourquoi. Ici, le « e » peut s’entendre « eux », et c’est justement ce dont il s’agit : d’un récit parlant de ceux qui ne sont plus là… À savoir sa famille disparue dans les camps de concentration pendant la seconde guerre mondiale. La forme épouse toujours le fond chez les grands auteurs, cela se constate chez Perec. 

Ses thématiques, sa culture, sa curiosité, son éclectisme, son goût du ludique, ses jeux sur la langue se retrouvent dans La Vie Mode d’Emploi (1978), roman unanimement reconnu comme étant son chef d’œuvre. Roman oulipien par excellence, il est construit sous contraintes2, comme celles d’une composition régie par une formule mathématique (le polygraphe du cavalier) ou d’un choix de lexique imposé par le jeu du logo-rallye (des mots piochés au hasard doivent être intégrés au texte) ; surtout, on y retrouve la plupart des éléments de l’écriture perecquienne, entre somme et condensé de son œuvre : descriptions de notre environnement, détails de la vie quotidienne, histoires personnelles, culture commune, etc.

Depuis sa mort, nombre d’écrits posthumes ont paru, ainsi que des adaptations théâtrales ou hommages divers, telles la création de l’Association Georges Perec, (sise à la bibliothèque de l’Arsenal à Paris) ou la publication récente de son œuvre dans la prestigieuse collection de La Pléiade. Ces tributs sont la preuve de l’intérêt grandissant pour le travail de Georges Perec, dont cette courte biographie ne fait qu’effleurer la grandeur.

Bibliographie 

Magné, B. (1999). Georges Perec. Paris. Armand Colin.

Perec, G. (1965). Les choses. Paris. Julliard.

Perec, G. (1969). La disparition. Paris. Denoël.

Perec, G. (1974). Espèces d’espaces. Paris. Galilée.

Perec, G. (1989). L’infra-ordinairee. Paris. Seuil.

Perec, G. (1978). Je me souviens. Paris. Hachette.

Perec, G. (1978). La vie mode d’emploi. Paris. Hachette.

Perec, G. (1975). W ou le souvenir d’enfance. Paris. Denoël.

Perec, G. (1985). Penser/classer. Paris. Hachette.

1 La majeure partie des informations est issue de l’ouvrage de la biographie de Perec par Bernard Magné (1999).

2 Le cahier des charges de l’ouvrage se trouve ici : http://escarbille.free.fr/vme.php


Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

2 réflexions sur « Georges Perec, sa vie, son œuvre »

  1. Merci pour le partage. Franchement dit, je ne connais pas bien Georges Perec. Mais par hasard, hier soir, j’ai lu un extrait de son oeuvre Je me souviens. Ce texte poétique qui mélange les souvenirs dans les époques différentes, ainsi que les grands et les petits événements m’a beaucoup impressionné. .je pense que ce serait intéressant de s’en servir pour insipirer les apprenants à réaliser leur propre écriture créative. J’espère de découvir de plus de cet auteur intéressant avec votre travail.

    1. Ce qui est bien avec Perec en FLE c’est qu’on peut travailler à partir de tous petits fragments de son œuvre, comme, effecivement avec « Je me souviens » et aller vers des écrits de plus en plus complexes. Bonnes lectures de Perec quand tu auras le temps…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *