Mon projet de mémoire–Quels manuels de littérature FLE pour les étudiants chinois à l’ère numérique ?

La littérature et la langue sont étroitement liées. Comme le rappelle Léo Spitzer dans Etudes de style, « le meilleur document pour l’âme d’une nation, c’est sa littérature ; or, celle-ci n’est rien d’autre que sa langue, telle qu’elle est écrite par des locuteurs privilégiés » . Ce qui montre que la littérature est une représentation de langue sélectionnée et soignée, et à travers de laquelle, on pourrait avoir l’accès à une connaissance approfondie de la langue.

En parcourant les manuels de FLE français, on remarque qu’une grande importance accordée au texte littéraire. Le texte littéraire représente comme un travail de langue. Il est une représentation de la langue comme les autres textes, mais sa position privilégiée s’explique peut-être par sa fonction poétique du langage. Les textes littéraires se distinguent des autres documents qu’on utilise dans l’enseignement du FLE sous plusieurs angles. Sur le plan langagier, ils représentent l’utilisation esthétique ou poétique de la langue française par sa richesse de la langue. Ce qui répond bien aux demandes du Cadre européen commun de référence pour les langues (CECR) sur l’utilisation esthétique ou poétique de la langue. Dans la dimension socioculturelle, ils donnent un accès à la civilisation et fournissent une connaissance interculturelle.

En effet, on observe dans le monde une longue tradition de l’utilisation des textes littéraires dans l’enseignement des langues étrangères. Et son utilisation traverse presque toute l’évolution des méthodologies de l’enseignement des langues étrangères. Dès la plus vieille méthodologie, soit la méthode grammaire-traduction, on se sert de textes littéraires pour enseigner la grammaire et le lexique. Avec l’avènement de l’approche communicative, ils sont considérés comme « document authentique ». Mais les textes littéraires sont introduits dans l’enseignement de langue avec les autres types de textes parce qu’ils permettent de faire acquérir les connaissances linguistiques et culturelles. Ils sont souvent utilisés comme prétexte pour la finalité de la compréhension et l’expression.

Aujourd’hui, dans la plupart des manuels de langue, les textes littéraires se répartissent dans les manuels avec les autres textes et accompagnent en général des activités linguistiques, grammaticales et culturelles. Ils sont exploités comme des documents qui permettent d’aborder ou bien d’introduire les activités linguistiques et langagières et culturelles. Toutefois, les valeurs de la littérature ne se limitent pas à l’aspect linguistique et culturel. La littérature est un trésor de l’esprit humain. Comme son sujet s’organise souvent autour de l’homme, de sa pensée et de sa vie, elle nous fait découvrir le monde, réfléchir sur notre société et nourrit l’esprit. En plus, elle évoque nos sentiments, nourrit nos esprits et nous rend plus hommes. Mais dans les manuels de littérature du FLE, ses aspects sont souvent ignorés ou bien cèdent leur place à l’aspect linguistique et culturel. Le rayonnement de la littérature française exerce une influence considérable dans le monde entier. Quant au cas de la Chine, la France a été le premier pays occidental à reconnaître la Chine, et pendant longtemps les deux pays ont beaucoup d’échanges culturels et économiques. Cela explique peut-être pourquoi la Chine a introduit et traduit dès très tôt les œuvres françaises. Et certaines œuvres françaises en version chinoise sont même entrées dans les manuels chinois. Et au moins, certains noms d’auteurs français et d’œuvres françaises sont assez connus en Chine. On remarque que les manuels de littérature française apparaissent très tôt en Chine et parmi lesquels la plupart sont ceux qui sont rédigés par des Chinois. Et parallèlement à la création et au développement de départements de français, sont créés des manuels qui s’adressent aux apprenants de ces départements de français. En effet, en Chine, on a deux programmes officiels comme référence pour l’enseignement de français de la discipline du français au sein de l’établissement supérieur, et l’importance de la littérature se montre dans ces deux programmes. Selon ces deux programmes, les étudiants ont le cours de lecture sélective de la littérature comme cours obligatoire et le cours de l’histoire de la littérature française comme cours d’option pendant deux semestres. Les étudiants doivent lire et traduire des extraits de quelques œuvres relativement faciles de la littérature moderne et contemporaine, et ils doivent connaître les grandes périodes de l’évolution de la littérature française, les courants principaux, les auteurs principaux et leurs œuvres principales. Pour répondre aux besoins des étudiants chinois, des manuels de littérature du FLE sont publiés à des époques différentes. Ces manuels n’ont pas le même contenu et représentent de traits spécifiques des époques. Leur évolution est influencée par la traduction des œuvres introduites, l’intervention de l’État dans la vie culturelle, la situation de la société ainsi que les besoins du public.

Nous remarquons aussi que très peu de manuels de littérature du FLE créés par les éditeurs français sont introduits en Chine et utilisés par les professeurs chinois. Les raisons sont complexes. L’une des principales raisons est que : pour économiser le coût et pour garantir la qualité, les éditeurs français, au lieu d’adapter ou contextualiser les manuels pour les régions différentes, créent en général un même manuel pour tout le monde entier en se référant au cadre européen de référence. Mais les exigences pédagogiques sont différentes en fonction de pays différents. C’est peut-être pourquoi certains spécialistes pensent que ces manuels destinés à un seul public ne répondent pas aux besoins d’apprenants chinois. Et en tenant compte des caractéristiques des apprenants chinois, les spécialistes, les chercheurs et les enseignants chinois rédigent en général eux même les manuels de littérature du FLE. Et avec les échanges de plus en plus fréquents entre la Chine et la France, on trouve aussi des manuels rédigés sous la coopération des universités française et chinoise, comme Anthologie de la littérature française du XXe siècle, qui est le fruit de la coopération entre L’Université d’Océan de Chine et l’Université Denis Diderot. Il est évident que tous ces manuels ont leurs spécificités. En effet, aujourd’hui, en Chine, l’utilisation des manuels de littérature du FLE est marquée par une grande diversité. Les manuels de littérature du FLE utilisés par les professeurs sont très différents en fonction de leur pays d’appartenance et des formations qu’ils ont suivies. Et même si aujourd’hui, il existe déjà d’assez nombreux manuels de littérature de FLE, beaucoup de professeurs préfèrent utiliser des séquences qu’ils rédigent eux même ou bien ils élaborent leur cours en combinant plusieurs manuels. Certains utilisent les manuels et ajoutent de supports pédagogiques pour compléter. Comment définir le manuel, quels sont les points communs et les différences de ces manuels ? Y a-t-il un manuel plus pertinent pour les étudiants chinois ? Ces questions nécessitent beaucoup de réflexions. En effet, jusqu’à aujourd’hui, on relève de nombreuses études et recherches sur les manuels de FLE utilisés en Chine, ou bien sur les textes littéraires dans ces manuels, mais il semble qu’il y a peu d’études et de recherches sur les manuels de littérature du FLE, cependant, les manuels de littérature FLE occupent une place assez importante. Et aujourd’hui, nous sommes déjà entrés dans l’ère numérique, les nouvelles technologies ont bouleversé notre société. Nos habitudes de lecture, nos manières d’écriture, et même notre façon de penser sont beaucoup influencées par ces nouvelles technologies. À l’ère numérique, on est entré dans un âge d’or de l’information avec le multimédia. Les nouvelles technologies nous aident en nous fournissant tous genres de services qui rendent possible aujourd’hui ce qui était impossible hier, et qui rendent aussi notre travail plus efficace. Mais ces nouvelles technologies nous apportent aussi de soucis et de problèmes. Nous sommes souvent submergés sous l’information et dépendant trop de ces nouvelles technologies. Dans ce contexte, il devient peut-être nécessaire de réfléchir aux influences apportées par les nouvelles technologies et repenser le concept de la construction des manuels de littérature du FLE. À l’ère numérique, quelle sera la voie pour l’avenir des manuels de littérature du FLE pour les étudiants chinois ?

Bibliographie :

CONSEIL DE L’EUROPE. (2001). Cadre européen commun de référence pour les langues. Paris : Didier.

Cao De Ming. (2011). (dir). Rapport sur le développement de l’enseignement supérieur spécialisé du français en Chine. Pékin : Édition de l’enseignement et des recherches des langues étrangères.

Dang Yingmei. (2008). « La réception des manuels de français en Chine ». Synergies Chine. n° 3.pp. 139-142.

Fu Ke. (1986). « Une histoire de l’éducation des langues étrangères en Chine ». Shanghai : Édition de l’enseignement des langues étrangères.

Fu Rong. (2005). « Politiques et stratégies linguistiques dans l’enseignement supérieur des langues étrangères en Chine nouvelle ». Synergies Chine. n° 1.
LI Zhi qing et Carine TREVISAN. (2007). Anthologie de la littérature française du XXe siècle. Pékin : Peking University Press

Ministère chinois de l’Education. (1999). « Le développement de l’E/A des langues étrangères dans les établissements chinois d’enseignement supérieur de langue », Langues étrangères, Journal de l’Université des Langues étrangères de Shanghai, n°5

Programme national du français langue étrangère élémentaire. (1988). Pékin : Édition de l’enseignement et des recherches des langues étrangères

Programme national du français langue étrangère supérieur. (1996). Pékin : Édition de l’enseignement et des recherches des langues étrangères

SPITZER Léo. (1970). Etudes de style. Paris : Gallimard.

Tang Xingying. (2004). « L’enseignement du français langue étrangère en Chine : histoire, problèmes et perspectives ». La modernité française dans l’Asie littéraire (Chine, Corée, Japon). Presses Universitaires de France.


JIE Junlan

Etudiante chinoise en master 2 à l’Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, Spécialité 1 :Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *