Constituer une bibliographie

Il semble que la recherche bibliographique est assez pénible et compliquée. A force de chercher dans les coins de la bibliothèque universitaire on risque de sortir sans trouver les ouvrages qui alimenteront notre mémoire de master. Et de là on dira que nous avons  perdu du temps sans trouver ce que nous voulons. Mais parfois on retrouve beaucoup de document qui se rapprochent de notre sujet de mémoire, et là encore ça risque de ne pas choisir les bonnes sources ou même des ouvrages non plus scientifiques qui ne seront pas de grand apport à notre mémoire. Selon (D. Fondanéche. 2006, p 39) : « il conviendra donc d’éliminer de sa bibliographie des ouvrages dont la qualité scientifique n’est pas attestée, c’est-à-dire des productions non-universitaires ou qui ne sont pas d’un auteur reconnu comme étant un authentique spécialiste ». De là nous pouvons dire que « l’authenticité scientifique » est impérativement recommandée pour constituer une bibliographie fiable et solide.

Ces raisons nous ont poussées à mener une petite recherche dans des ouvrages méthodologiques qui peuvent-être de grand apport pour nous. Pour constituer une bibliographie qui se rapproche le plus à notre sujet de recherche, nous sommes dans l’obligation de passer par notre directeur de recherche, car lui met à notre disposition plusieurs pistes de recherche, des pistes à explorer. A ce sujet (D. Fondanèche. 2006, p39)  s’exprime :

« Une méthode […] qui consiste à faire une exploration bibliographique intuitive à partir des ouvrages de référence de base que votre directeur voua a indiqués. Ces œuvres comportent généralement une bibliographie. On va repérer parmi ces bibliographies les ouvrages récurrents que votre directeur vous a ou non signalé. Généralement, ce sont là des livres de référence, ceux dont tous les auteurs postérieurs à l’auteur initial se sont inspirés pendant des générations. Ce sont en quelque sorte, des ouvrages essentiels, des passages obligatoires de votre étude. »

C’est-à-dire les premiers ouvrages conseillés par le directeur de recherche sont un point d’appui important pour l’étudiant. C’est dans cette même vision que M. Greuter, (2012, p 65), stipule : « au début, les seules références sont celles d’ouvrages assez généreux, cinq ou six, souvent fournies par le directeur de mémoire pour amorcer la recherche. En consultant la bibliographie qui figure à la fin de ces ouvrages, l’étudiant se retrouve très vite avec une trentaine de titre au moins »

Au final, nous pouvons dire qu’une fois on a élaboré une bibliographie et commencé la lecture des ouvrages, nous aurons plus de chances de trouver d’autres pistes exploitables qui alimenteront notre mémoire.

Bibliographie 

-D, FONDANECHE, (2006), Rédiger un mémoire professionnel, de master ou une thèse, p 39. Paris, éd, Vuibert, . (2ème édition).

– M, GREUTER, (2012), Bien rédiger son mémoire ou son rapport de stage, p 65, Paris, éd, L’étudiant.

-M, GREUTER, (2013), Mémoire le choix des sources, l’adresse de URL :  http://www.letudiant.fr/etudes/3es-cycles-et-masters/memoire-le-choix-des-sources.html.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *