La place de la littérature dans l’enseignement du fle à l’université à l’ère numérique


Au colloque du 4 et 5 décembre « Les études françaises dans la mondialisation et le devenir des humanités », les intervenants ont présenté les situations de l’enseignement du fle dans le cadre universitaire dans les pays différents et soulevé le problème de la crise de l’humanité. Cela m’a donné quelques réflexions sur la place de la littérature dans l’enseignement du fle à l’université à l’ère numérique.

L’université, différente d’autres institutions sociales, joue un rôle privilégié dans la production et la diffusion du savoir. D’un côté, elle doit prendre compte des attentes de la société et s’efforcer pour y répondre ; de l’autre côté, elle doit guider la société pour qu’elle se développe sur la bonne voie. Il est évident que l’enseignement universitaire vise à former et à préparer les personnes pour qu’ils puissent être capables de contribuer au développement social, culturel, politique et économique de la société. Mais face à la compétitivité de plus en plus violente du marché de travail, on attache plus de l’importance au pratique du savoir, et privilégie une formation efficace et pratique qui peut répondre à des attentes immédiates et économiques, soit trouver un bon emploi.

De nos jours, l’université dispose d’une grande liberté dans la rédaction du programme d’enseignement en basant sur les normes de l’enseignement universitaire au niveau national. Ce n’est plus l’époque où l’État décidait tout le programme d’enseignement, mais la demande du marché qui guide en quelque sorte le programme. En tenant compte des besoins du marché de travail, l’université montre la tendance de s’adapter aux besoins du marché de travail en proposant un enseignement « adapté » aux étudiants. Certaines universités sont obligées de donner des cours de français avec d’autres disciplines, ainsi, plusieurs options tel que français des affaires, français du tourisme sont proposées pour que les étudiants puissent avoir des choix qui répondent mieux à leur futur emploi. La proposition des options diverses est un bon choix du point de vue de la favorisation de la diversité de l’orientation et la spécialisation du développement personnel, mais cette proposition semble négliger d’une certaine manière l’importance de l’enseignement de la littérature. L’utilité de l’enseignement/l’apprentissage de la littérature est mise en doute. Beaucoup pensent que la littérature est réduite à ceux qui veulent devenir les enseignants, les chercheurs, ainsi, la proportion de cours de la littérature se baisse dans l’enseignement du FLE.

En effet, l’enseignement de la littérature qui vise à long terme à former l’homme cultivé et développer l’esprit humain devient une exigence impérative surtout à notre époque où l’humanité est en crise. Jean Baudrillard, avec son ouvrage la société de consommation, décrit le monde où l’homme devient l’esclave de la possession matérialiste, et il faut consommer et posséder pour avoir l’identité, pour montrer la valeur de l’individu. La valeur de l’individu est en crise. Et aujourd’hui, nous sommes entrés dans l’ère numérique, les nouvelles technologies ont envahi notre vie. Les gens attachent de plus en plus de l’importance aux nouvelles technologies, on se communique de moins en moins et notre vie s’organise autour de tous les outils numériques. Tout est informatisé et numérisé, et on est sous le risque de soumettre l’humanité en esclavage, perdre ce qui est essentiel et devenir finalement froid et insensible tout comme les personnages dans le film Orange Mécanique. À cet égard, la littérature montre son importance, parce que « c’est la littérature qui permet à l’être humain de conserver sa conscience d’homme. » Comme ce que dit Gao Xingjian.

En outre, avec l’émergence de l’intelligence artificielle comme l’AlphaGo de Google qui a battu le champion du monde de go, dans beaucoup de domaines, nombreux emplois sont disparus. Et vu la grande vitesse de l’évolution technologique, et le développement de l’intelligence artificielle, qui peut dire qu’ils ne peuvent pas dépasser l’homme un jour ? Cela nous conduit à réfléchir à une question : quelle est la place de l’homme à l’ère numérique ? Cette mise en doute de la valeur de l’homme est en effet une crise de l’humanité, et la littérature semble nous fournir une bonne réponse, parce que comme ce que dit Ben Okri « La littérature n’a pas d’autre destination ni d’autre destin que d’appartenir à toute l’humanité ».

Bibliographie :
Jean Baudrillard, la société de consommation, Éditions idées/Gallimard, Paris, 1974

Gao Xingjian, Le Témoignage de la littérature traduit du chinois par Noël et Liliane Dutrait
, Éditions du seuil, mars 2004

http://archives.fqppu.org/bibliotheque/prises-de-position/memoires-avis/institution-universitaire.html

http://evene.lefigaro.fr/citation/litterature-destination-destin-appartenir-toute-humanite-35250.php


JIE Junlan

Etudiante chinoise en master 2 à l’Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, Spécialité 1 :Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

2 réflexions sur « La place de la littérature dans l’enseignement du fle à l’université à l’ère numérique »

  1. Merci pour votre information de ce colloque. En effet, la littérature occupe une place importante dans l’enseignement du FLE, en France ainsi que dans votre pays en Chine. Néanmoins, la présence de la littérature française est souvent après la troisième année de la licence dans les universités chinoises. Mon université a essayé une réforme de l’introduire en deuxième année pourtant le résultat n’était pas aussi bon que prévu. De ce fait, en quelle année de licence proposez-vous d’introduire la littérature française dans votre pays? Pensez-vous qu’elle puisse aider les étudiants du français à réussir l’examen TSF-4 ? Quelle est l’influence de la littérature numérique pour l’enseignement du FLE dans les universités chinoises ?

    1. Merci de votre réponse et votre intérêt. Franchement dit, il est très difficile de répondre aux questions que vous m’avez posées, mais je vais essayer de donner quelques réflexions sur ces questions. À mon avis, il ne faut pas créer une frontière de l’accès à la littérature. Je trouve que beaucoup de gens ont des malentendus sur la littérature, et ils ont l’impression que l’accès à la littérature n’est pas facile, et a des conditions. Mais en réalité, la littérature est un monde très vaste à explorer, et ce qu’on doit faire est de trouver dans ce monde ce qui correspond à nos besoins. Par exemple, pour les apprenants qui ne maîtrisent pas encore bien le français, on peut leur montrer des fables et des contes simples adaptés en BD. Et même pour travailler sur la prononciation, on peut se servir de certains poèmes. Il est vrai qu’en Chine, traditionnellement, l’introduction de la littérature se fait dès la troisième année. En effet, comme vous le savez, en Chine, on a deux programmes officiels comme références pour l’enseignement de français de la discipline du français à l’université, et dans ces deux programmes, l’enseignement de la littérature française est exigé de certaine manière. Cependant, je comprends le résultat peu satisfait de l’essai de votre université. Mais personnellement, je pense que le problème n’est pas l’heure de l’introduction de littérature, mais la façon de l’introduire et les supports qu’on choisit pour l’introduire. Et il faut aussi peut-être admettre qu’en Chine où la méthode grammaire-traduction a occupé pendant longtemps une place principale, les malentendus sur la littérature sont si grands que beaucoup d’apprenants ont même peur de la littérature.
      En ce qui concerne l’examen TSF-4, personnellement je ne doute pas que l’introduction de la littérature puisse aider les étudiants à mieux préparer cet examen, surtout sur la compréhension du texte et la rédaction. Mais j’admets aussi que ça prend du temps pour rendre compte des avantages que l’introduction de la littérature peut nous apporter par rapport aux pratiques grammaticales sachant que l’introduction de la littérature se fait petit à petit.
      Quant à l’influence de l’avènement de nouvelles technologies sur la littérature, aujourd’hui, nous sommes entrés à l’ère numérique, notre façon de lecture et d’écriture a connu beaucoup de changements, ce qui met en relief de nouveau l’importance de l’enseignement de la littérature. En effet, cette influence constitue une partie importante de mon mémoire. Je n’arrive pas à développer ce point ici, mais si cela vous intéresse, on peut se communiquer un jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *