Problème de l’évaluation de la prononciation des apprenants

Comme il a déjà été dit auparavant, mon mémoire sera consacré au problème de l’enseignement de la prononciation. Depuis ce dernier temps, le sujet du mémoire a pris une direction plus précise. Nous avons décidé de nous focaliser sur l’aspect de l’évaluation de la prononciation à l’aide des logiciels de reconnaissance vocale.

Il faut dire que la difficulté de l’évaluation de cet aspect est une des raisons d’une faible présence de la phonétique en cours de langue. Maintenant, nous essayerons de voir quelles sont les raisons du recours à l’évaluation de la prononciation et quels en sont les critères.

D’abord, l’évaluation peut se faire au début du cursus, comme un test de diagnostic des difficultés. Dans ce cas-là, elle sert à identifier les aspects de la prononciation sur lesquels il faudrait travailler davantage en cours. Par exemple, parmi les tests de diagnostic, proposés par Di Cristo (Di Cristo, 1975), on peut citer une interaction spontanée avec l’enseignant ou avec un camarade de groupe, ou la lecture des phrases préconçues par l’enseignant qui incluent de différentes difficultés d’ordre phonologique.

Ensuite, on a besoin de recourir constamment à l’évaluation afin de voir la progression des apprenants tout au long de leur parcours.

Et finalement, cela pourrait être un test final, qui permettra de comparer la prononciation des apprenants au début et à la fin du parcours. Si on parle du cours de phonétique, il s’agira alors d’un test final de prononciation. Si on parle d’un cursus générale FLE, cela pourrait être la passation du DELF/DALF, qui comprennent dans leur grille d’évaluation le critère de la maîtrise du système phonologique. Les critères mentionnés dans les grilles sont basés sur le CECRL qui prescrit le niveau de la maîtrise du système phonologique pour chaque niveau de compétence. Il est intéressant à remarquer qu’en réalité le niveau de la maîtrise de la langue en général ne correspond pas toujours à celui de la phonétique. Comme l’indique bien Lauret, “le processus de l’acquisition du système phonologique n’est pas linéaire”. Nous ne pouvons pas non plus “fixer de façon très précise une progression de la maîtrise du système phonologique de la nouvelle langue” (Lauret, 2007).

En effet, il existe des cas où les apprenants maîtrisant la langue au niveau assez élevé (B2 voire C1-C2) ont un accent assez fort et gardent l’intonation propre à leur langue maternelle. En même temps, les apprenants du niveau débutant peuvent s’exprimer en imitant bien l’accent et l’intonation français. Ce phénomène dépend de beaucoup de critères que nous analyserons plus tard.

En revenant aux grilles d’évaluation DELF/DALF, il faut remarquer qu’on propose de noter la maîtrise du système phonologique sur 3pts sur 25pts pour chaque niveau de compétence. Ce nombre de points est inférieur par rapport aux nombre de points accordé au lexique (4pts) et à la grammaire (5 pts), mais supérieur à tous les autres aspects, tels que structure de la production, manière d’interagir, pertinence des exemples et de l’argumentation, etc, en fonction du niveau de langue. Ce nombre de points semble être important pour la notification générale. Pourtant, vu que, nous le signalons de nouveau, la phonétique est rarement traitée en cours de FLE, tandis que l’apprentissage de grammaire, de lexique en fait toujours partie sans exception, ne serait-il pas contestable d’attribuer tant de points à l’aspect que les apprenants n’ont probablement jamais appris? Ainsi, un apprenant du niveau C1, qui maîtrise bien les structures de la langue pour son niveau, sait bien argumenter son point de vue, s’exprime assez librement, possède un vocabulaire étendu, peut perdre jusqu’à 3 points lors de sa production orale à l’examen, parce qu’on ne lui a jamais appris la prononciation.

En plus, l’évaluation de cet aspect se base plutôt sur la perception subjective de l’enseignant. Il est possible de compter et de justifier les erreurs de grammaire et de lexique, mais que pouvons-nous faire avec les erreurs de prononciation pour pouvoir attribuer une note correcte? Il me semble que l’attribution d’une note pour la prononciation dépend de la perception générale de la production. Par exemple, si l’apprenant a un accent fort, si son accent empêche l’accès au sens à ceux qui l’écoutent, on pourrait prélever des points pour cela. Pourtant, cela dépend de la perception de chaque individu. Nous ne pouvons pas identifier où exactement se trouve la limite d’un accent fort et léger.

Nous voyons que la question de l’évaluation de la prononciation reste assez délicate. Nous avons essayé de trouver un moyen d’évaluation plus au moins objectif. C’est l’utilisation des logiciels de reconnaissance vocale. Ces logiciels sont largement utilisés dans le domaine de recherche lié à la phonétique, mais très peu en cours de langue. Par exemple, les logiciels tels que Praat ou Winpitch ont l’interface assez compliqué pour l’utilisation en classe. Cela pourrait demander beaucoup de temps pour pouvoir expliquer aux apprenants le fonctionnement du système.

 

Il existe également le cursus DVD Tell Me More conçu pour l’apprentissage autonome des langues étrangères et qui inclue une partie dédiée à l’apprentissage de la prononciation à l’aide du logiciel de reconnaissance de la voix. Les concepteurs de cette méthode ont enregistré un certain nombre de locuteurs natifs et ont fait une moyenne qui est prise comme “modèle” de prononciation. Les apprenants doivent enregistrer leur production et ensuite ils pourront voir le décalage de leur prononciation du “modèle”.

Je pense que ce programme peut être utilisé comme supplément au cours de phonétique, il permettrait, par exemple, d’évaluer la progression tout au long de l’apprentissage. Le logiciel permet non seulement de voir les erreurs commises par les apprenants mais aussi le degré de décalage de “la norme”.

Le problème est dans la notion de la norme. Dans ce cas-là, la valeur qui est prise comme modèle ne correspond pas à la norme réelle. C’est une moyenne qui n’existe pas en réalité, qui a été créée artificiellement, donc les avantages de l’utilisation de ce logiciel peuvent être assez contestables. Dans le mémoire, j’essayerai d’analyser plus en détail le fonctionnement des logiciels de reconnaissance vocale, tels que Tell Me More ou autres, si nous en trouvons.

Je me renseignerai plus en détail sur la conception du système, ses qualités et inconvénients, j’essayerai de donner des conseils de l’utilisation et je me poserai des questions sur l’amélioration possible du système.

 

Bibliographie

Conseil de l’Europe, Un Cadre européen commun de référence pour les langues : apprendre, enseigner, évaluer, Paris : Didier, 2001.

Di Cristo A., Présentation d’un test de niveau destiné à évaluer la prononciation des anglophones, Revue de Phonétique Appliquée, vol. 33-34, p. 9-35, 1975.

Lauret B., Enseigner la prononciation du français : questions et outils, Paris : Hachette, 2007.

 

Autres ressources :

Grilles d’évaluation de la production orale pour DELF/DALF de A1 à C1 consulté sur le cite du CIEP le 24/12/2017


Sofiya_kob

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère à l’Université Paris-3, Sorbonne Nouvelle

More Posts

Une réflexion sur « Problème de l’évaluation de la prononciation des apprenants »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *