Compte rendu d’une soutenance de thèse

Sujet : Pour une didactique contextualisée de la grammaire du français en milieu universitaire chinois : Perspectives métalinguistiques et interculturelles

Doctorante : Man XU

Directeur de la thèse : M. le Professeur Jean-Louis CHISS

Date et lieu de la soutenance : le 30 novembre 2017 à Censier salle D14

Jury :Arnaud ARSLANGUL, Maître de conférences à l’INALCO (expert)
Mme. Nathalie AUGER, Professeure à l’Université Montpellier 3 (rapporteure)
Mme. Catherine CARLO, Professeure émérite à l’Université Lyon 2 (rapporteure)
M. Jean-Louis CHISS, Professeur à l’Université Sorbonne Nouvelle (directeur de la thèse)
Mme. Corinne WEBER, Professeure à l’Université Sorbonne Nouvelle (présidente du jury)

Durée : 3 heures

Déroulement :

  1. Présentation orale de la thèse, Man XU (20 mins)
  2. Remarques du directeur de la thèse M. CHISS (20 mins)
  3. Remarques de la rapporteure 1 Mme. AUGER (20 mins)
  4. Remarques de la rapporteure 2 Mme. CARLO (20 mins)
  5. Remarques de l’expert M. ARSLANGUL (20 mins)
  6. Remarques de la présidente de la thèse : Mme. WEBER (20 mins)

(Après chaque remarque du jury, la parole a été donné à la doctorante pour qu’elle puisse réagir vis-à-vis des critiques ou des questions)

  1. Discussions entre les membres du jury, la doctorante, le public ainsi que le directeur de la thèse ont été invités de sortir.

(Sachant qu’il y a eu une réforme concernant l’évaluation des thèses en janvier 2017, on ne donne plus des mentions pour la thèse. Une fois réussi la soutenance, tout le monde aura le même diplôme sans les mentions marquées là-dessus.)

  1. Annonciation de la décision du jury

 

Résumé de la présentation de Man XU :

Xu a d’abord expliqué pourquoi ce sujet de recherche lui intéresse spécifiquement. Puis elle a présenté sa problématique sous forme de trois questions : Dans quels contextes se trouvent les apprenants chinois du français ? Quelles sont les activités métalinguistiques appliquées dans les cours de grammaire ? Comment les facteurs culturels, surtout les différences interculturelles entre la Chine et la France, influencent l’apprentissage de la grammaire chez les étudiants chinois ? Pour répondre à ces questions, la doctorante a d’abord analysé le contexte éducatif, culturel et linguistique en Chine en s’appuyant sur les caractéristiques de la langue chinoise par rapport à la langue française et en mettant relation la philosophie chinoise, les structures grammaticales du chinois et les méthodologies d’enseignement de la grammaire. Par le biais des questionnaires, des entretiens, des observations de classe ainsi que des analyses des manuels, elle a obtenu des résultats transitoires et a tenté de proposer des activités pour l’apprentissage de la grammaire en milieu universitaire chinois. Enfin, elle a terminé par les limites et les difficultés rencontrées dans sa recherche.

Résumé des remarques du jury :

Son directeur de thèse M. CHISS a beaucoup apprécié son autonomie et sa rigueur tout au long de sa recherche. La mise en forme est très nette et agréable pour les lecteurs, elle a fait preuve de ses capacités de prendre les initiatives. Pourtant, on trouve des traces d’hésitation dans sa thèse, du fait qu’elle a beaucoup parlé de l’enseignement du chinois aux apprenants français, mais sa thèse porte principalement sur l’enseignement de la grammaire du français aux apprenants chinois. La doctorante a expliqué par la suite qu’elle voudrait en effet montrer les différences entre la langue chinoise et la langue française à travers des analyses contrastives, mais le jury a rappelé que les analyses contrastives ne suffisent en effet plus pour analyser l’acquisition d’une langue étrangère, ils trouvent bien dommage que la doctorante n’a pas pu développer davantage le transfert de l’anglais dans l’apprentissage du français chez les étudiants chinois.

En ce qui concerne la dimension culturelle et interculturelle, elle n’a pas abordé la question des enseignants natifs et les enseignants non natifs. Est-ce que les apprenants sont plus à l’aise avec les enseignants natifs ou avec les enseignants non-natifs? Les enseignants du français formés en France, est-ce qu’ils ont la même culture éducative que les enseignants formés en Chine ? La mise en relation entre la culture et l’enseignement de la grammaire, la philosophie chinoise et la linguistique chinoise manque quand même d’une certaine clarté et de profondeur. Existe-t-il vraiment une culture grammaticale chinoise marquante et identifiable comme la culture grammaticale française ? Dans sa thèse, elle n’en a pas donné la réponse  non plus.

Au niveau des références et de la bibliographie, elle n’a pas pris conscience de la hiérarchie des références théoriques. En d’autres termes, il faut éviter de faire référence aux auteurs peu connus. Quand il s’agit des théories importantes, il vaut mieux d’aller lire directement les auteurs représentatifs de ce domaine au lieu de citer quelqu’un qui lui-même se réfère aux théories des autres.

Aussi, les données sont un peu maigres, comme la doctorante a fait sa thèse en France mais son terrain se trouve en Chine, les questionnaires et les entretiens ne suffisent pas tellement pour convaincre les lecteurs, il manque d’une partie de pratique. Mais le jury a signalé aussi qu’ils étaient globalement content de son travail, elle a beaucoup travaillé sur la question de la représentation et a montré sas capacités de mener à bien un travail de recherche approfondie.

 

Mes réflexions personnelles :

Cette observation de soutenance était très bénéfique et enrichissante pour moi. Déjà, je comprends mieux ce que c’est une soutenance. Même si notre soutenance de mémoire ne durera pas aussi longtemps, mais cette observation m’a permis quand même d’avoir un aperçu sur ce qu’il faut éviter ou souligner dans ma future soutenance . De plus, certains aspects abordés dans la thèse de Man XU chevauchent avec mon sujet. C’était intéressant de voir comment elle abordait ces questions et comment je pourrais les évoquer dans mon mémoire. Les remarques de M. CHISS m’étaient également très utiles et très importantes, car elles m’ont permis non seulement de mieux connaître ses domaines de recherche ainsi que sa personnalité, mais aussi de mieux creuser mon sujet et d’avoir de nouvelles pistes de réflexions.

Au départ, je pensais que le noyau de mon sujet est la question de l’applicabilité de la perspective actionnelle en Chine. Afin de savoir si cette méthode d’enseignement fonctionna en milieu universitaire chinois, il faut d’abord la tester dans une certaine université et voir qu’est-ce qu’elle va donner comme résultats. Cependant, une telle expérimentation de recherche requiert généralement une durée assez longue et probablement un travail d’équipe, alors que je suis toute seule à tester cette perspective et mon stage en Chine ne durera qu’un mois. Les données et les résultats que j’obtiendrai risquent d’être pas assez convaincants. Cette question m’a perturbé depuis très longtemps, d’ailleurs, je n’en ai pas trouvé de solutions jusqu’aujourd’hui. Mais après avoir assisté aux cours de M. CHISS et à la soutenance, je me suis demandée:  « Est-ce que finalement, la question de l’applicabilité ne revient pas à la question de la contextualisation? » Si nous voudrions savoir si telle méthodologie est applicable dans tel contexte, il faut d’abord éclairer les contextes concernés. Mais la question de la contextualisation en Chine me paraît fort compliquée, parce qu’elle englobe les contextes politiques, économiques, sociales, culturelles, administratives…etc. Puis-je les diviser en deux catégories: les macro-contextes et les micro-contextes? Parmi tous ces contextes abordés, je suppose, selon mes connaissances et mes expériences limitées, que le contexte culturel constituerait l’obstacle principal de l’application de la PA. Dans la culture linguistique, la culture didactique et la culture éducative, qu’est-ce qui vont à l’encontre de la perspective actionnelle? Il faut d’abord bien identifier ces contextes culturels avant de répondre à ces questions. L’hypothèse que j’ai émise reste également à confirmer ou infirmer. De toute façon, j’ai  l’impression d’avoir avancé un petit peu dans ma réflexion. Maintenant, il faut chercher les livres concernant les théories de la contextualisation. Je vous serai très reconnaissante si vous pourriez me recommander quelques oeuvres représentatives dans ce domaine.

Pour conclure, je vous conseille vivement d’aller voir les soutenances ou les colloques portant sur le même sujet que le vôtre, ce ne pourra qu’être bénéfique pour nous.


Hui

Etudiante en M2 Spé 1 à l’Université de Paris 3

More Posts

6 réflexions sur « Compte rendu d’une soutenance de thèse »

  1. Merci beaucoup pour ce compte rendu ! Si les questions de contextualisation grammaticale t’intéressent, je te conseille d’aller voir les travaux du groupe GRAC sur le site de DILTEC.

    1. Merci beaucoup pour cette information Mikhail! Man XU a également mentionné le travail de GRAC dans sa thèse mais elle n’est allée dans détails. Grâce à toi, je sais maintenant où trouver les infos. j’irai les voir et merci encore!

    1. Merci beaucoup Monsieur Martin pour cet article! Avant, je n’ai pas pensé à distinguer le contexte et la situation, mais maintenant, les notions me paraissent beaucoup plus claires. Il faut que je le relise plusieurs fois afin de l’appréhender avec plus de profondeur, mais cet article me servira certainement dans ma réflexion et ma rédaction. Merci encore Monsieur!

  2. Merci Hui pour ton résumé très précis. C’est vrai que je ne pense pas forcément à aller voir des soutenances, je devrais !

    1. Je t’en prie Pauline, cela me fait plaisir de le partager et d’échanger avec vous. :)Bonne rédaction pour le mémoire et bon week-end!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *