Entre diglossie et bilinguisme en Haïti

Entre diglossie et bilinguisme : Approche de l’acquisition du français comme langue seconde en Haïti

Crédit photo : https://netalkole.com/index.php/2017/08/07/bac-2017-les-resultats-pour-les-dix-departements/
  1. Une histoire du sujet

Les masterants de Didactique FLE, inscrits dans les mêmes séminaires que moi cette à Paris 3, année ont sans doute une idée bien différente de notre sujet de mémoire que celle du présent titre.  Mais ils savent aussi qu’un projet de mémoire cesse d’évoluer seulement quand il est soutenu publiquement. Ainsi en va-t-il du nôtre. Ce qui fait de la fiche de projet que nous partageons ici, une des versions de la forme qu’a pu prendre jusque-là notre projet. Certaines difficultés ou facilitations, certaines remarques de ma directrice ou d’autres enseignants, le feront encore évoluer sans nul doute.

Ce projet prend naissance dans un passé qui s’enracine dans notre propre expérience d’apprenant. Il s’actualise dans le cadre de nos études actuelle à Sorbonne-Nouvelle et nous tourne vers le contexte haïtien, dans manière présente et prospective. Sa problématique et son ancrage théorique trouve bien en Madame Trévisiol, Aquisitionniste, un profil juste d’accompagnatrice. Merci à elle déjà.

  1. Présentation du sujet

Le français est, avec le créole, l’une des deux langues officielles d’Haïti. Mais en dépit de ce statut, il n’est maîtrisé et utilisé que par très peu de gens. Ce qui est particulièrement problématique c’est la représentation sociale à laquelle donne lieu la cohabitation des deux langues et leur perception de la part des utilisateurs. Entre autres, la maîtrise ou non des deux langues et surtout du français qui jouit d’un statut de supériorité par rapport au créole, peut conférer un statut social favorable aux yeux de l’ensemble de la société. Un héritage du passé colonial. Déjà vers les années 1980, « les monolingues de langue créole représentent 80 % au moins de la population vivant en Haïti. » (Alain Bentolila, Léon Gani 1981 : 117). Les bilingues font donc partie d’une élite aux yeux de ces 80 % des gens, mais il fait de la langue française, un obstacle à abattre pour faciliter la scolarisation et extirper un certain complexe social. « Ma prime douleur, écrit Chamoiseau, fut dans ce drame des langues : entre langue créole et langue française. » (Patrick Chamoiseau, 1997 : 274). Ce « drame des langues » devient en Haïti plus qu’un drame vécu par l’individu face aux deux langues mais un fait de société.

Aujourd’hui encore, malgré les mesures de réforme de l’enseignement dont celui des deux langues, on se retrouve plutôt en situation de diglossie plutôt que de bilinguisme. Notre parcours de formation en sciences du langage a aiguisé notre curiosité par rapport à cette problématique de la diglossie. Si le programme détaillé de l’enseignement du créole et du français à l’école proposé par le ministère de l’éducation en Haïti se donne bien pour objectif de favoriser ce passage de la diglossie au bilinguisme déjà à la fin des trois cycles de l’école fondamentale (9e année), pourquoi cette problématique reste-t-il encore posée ? Quelles sont les conséquences pour ceux et celles qui achèvent les quatre années du secondaire lorsqu’ils ne sont pas parvenu(e)s à maîtriser la langue d’enseignement ?

Par ailleurs, on sait qu’il se produit chez les apprenants au cours de l’apprentissage d’une langue seconde ou étrangère, une construction progressive de langue cible qui donne lieu à ce que les spécialistes des sciences du langage considèrent comme « la langue de l’apprenant ».  Ce phénomène est d’une complexité telle qu’il n’y a pas de consensus sur sa terminologie : Interlangue (Selinker, 1972), dialecte idiosyncrasique (Corder), variante d’apprenant (Martine Marquillo) ou lecte d’apprenant. Aussi les enseignants, dans leur traitement de l’erreur chez les apprenants, n’arrivent-ils pas toujours à empêcher ce que Selinker appelle la fossilisation de l’interlangue qui est une fixation dans l’interlangue empêchant l’aboutissement de l’acquisition correcte et « définitive » de la langue cible. Selon Selinker :

« Sont fossilisables les éléments, les règles, et les sous-systèmes que les locuteurs d’une L1 donnée tendent à conserver dans leur interlangue, orientée vers une langue cible donnée, quel que soit l’âge de l’apprenant ou les données qu’il reçoit de la langue-cible. »

Dans quelle mesure une analyse de cette interlangue peut, à côté de celle de l’articulation entre enseignement et apprentissage dans le programme du ministère de l’éducation, peut-elle nous permettre de comprendre cet échec de l’acquisition aboutie du français de telle sorte que les utilisateurs scolarisés soient vraiment bilingues ?

  1. Cadre conceptuel

Nous comptons réaliser ce travail de mémoire dans un double sillage : celui de la didactique à la lumière des théories sur l’acquisition (l’interlangue, l’analyse d’erreurs etc.) ; celui du contexte institutionnel et des représentations sociales des deux langues créole et français en Haïti. Ce deuxième ancrage est un lieu pour expliquer comment la langue seconde acquise, particulièrement en contexte créolophone, est une langue métissée qui porte en générale la trace de la langue première sans qu’il ne s’agisse de persistance d’erreur liée à l’étape de l’interlangue.

Nous ferons appel dans ce cadre aux différents travaux sur la didactique des langues étrangères et seconde. Mais, de manière toute particulière, nous nous référerons aux travaux qui tiennent compte des contextes créolophones ou bilingues.

  1. Méthodologie

Notre méthodologie reposera d’abord sur l’analyse du programme proposé par le ministère de l’éducation en Haïti et de certaines activités de mise en œuvre de ce programme dans les situations concrètes d’enseignement/apprentissage. Ensuite, elle s’appuiera sur des enquêtes des questionnaires ou des entretiens avec des enseignants et/ou d’autres acteurs dans l’enseignement en milieu scolaire en Haïti. Enfin, et non pas des moindres (the last, not the least), notre travail sera étayé par une approche heuristique qui doit en constituer le socle théorique.

Bibliographie et sitographie en construction

ABDALLAH-PRETCEILLE, M. (2010). « La littérature comme espace d’apprentissage de l’altérité et du divers ». Synergies Brésil, n° spécial 2 GERFLINT. En ligne : <http://ressources-cla.univ-fcomte.fr/gerflint/Bresil_special2/abdallah_prectceille.pdf>

AMOSSY, R. & HERSCHBERG-PIERROT, A. (2007). Stéréotypes et clichés. Paris, Armand Colin.

ANTOINE, A. (1998). Par le français parle le créole. Montréal, TC Imprimerie transcontinental.

BARDOLPH, J., (2002). Etudes postcoloniales et littérature. Paris, Champion.

BAVOUX, C. (2002). « Représentations et attitudes dans les aires créolophones ». In BAVOUX, C & ROBILLARD, D. (dirs.) Linguistique et créolistique. Paris : Anthropos. 57- 76.

BENTOLILA A. & GANI, L. (1981). « Langues et problèmes d’éducation en Haïti ». Langages, Vol. 15 n° 61. 117-127.

BHABBA, H. K. (2007). Les Lieux de la culture, une théorie postcoloniale [The location of culture, 1994]. trad. de l’angl., Paris, Payot et Rivages.

BOYER, H. (1997). Plurilinguisme, conflit ou contact des langues. Paris, L’Harmattan.

CALVET, L-J. (1974). Linguistique et colonialisme. Paris, Payot.

CHAMOISEAU, P. (1997). Ecrire en pays dominé. Gallimard.

CHAUDENSON, R. & VERNET, P. (1983). L’école en créole : Études comparée de réformes éducatives en Haïti et aux Seychelles. Québec, Agence de coopération technique.

CORDER, S.P. (1980b). « Que signifient les erreurs des apprenants ? ». Traduction de Clive Perdue et Rémy Porquier, Langages Vol 14 n°57.9-15.

CUQ J-P., GRUCA I. (2003). Cours de didactique du français langue étrangère et seconde. Grenoble, P.U.G.

DEFAYS J-M. (2003). Le français langue étrangère et seconde. Enseignement et apprentissage. Sprimont, Margada.

DUFAYS, J.-L., Gemenne L. et Ledur D. (2005) : Pour une lecture littéraire. Histoire, théories, pistes pour la classe. 2e éd., Bruxelles, De Boeck-Duculot, coll. Savoirs en pratique. [1re éd. 1996].

FRAUENFELDER, U., Noyau, C., Perdue, M., & Porquier, R. (1980). Connaissance en langue étrangère.  Langages, 57, 43-59.http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/lgge_0458726X_1980_num14_57_1837

GODARD, A. (dir.) (2015). La littérature dans l’enseignement du français langue étrangère. Paris, Didier, coll. Langues et didactique.

LAGUERRE, P-M. (2009). Enseigner le créole et le français aux enfants haïtiens. Enjeux et perspectives. Port-au- Prince, Henri Deschamps.

MARTINEZ P. (1995). Didactique des langues étrangères. Paris, P.U.F., Que sais-je ? n°3199.

PORQUIER R. (1995). « Trajectoires d’apprentissage(s) de langues : diversité et multiplicité des parcours ». ELA, n° 98, pp. 92-102.

PINSONNAULT, J. (2012). La fossilisation d’une langue seconde, Recherche documentaire descriptive. Peda 5493.

SELINKER, L. (1972). «  Interlanguage », International Review of Applied Linguistics. 219-231. DOI : 10.1515/iral.1972.10.1-4.209

SELINKER, L. (1992). Rediscovering Interlanguage. London & New York, Longman.

SELINKER, L. & FAKHRI, A. (1988). An annotated bibliography of U.S. Ph.D dissertations in contrastive linguistics. 1970-1983. Poznan, Adam Mickiewicz University Press.

SELINKER, L. & GASS, S., (eds.) (1983) : Language transfer in language learning. Rowley, Newbury House.

SELINKER, L. & GASS, S. (1984). Workbook in Second Language Acquisition. New York, Newbury House.

SELINKER, L. & GASS, S. (1985). Teachers’ manual, workbook in second language acquisition. New York, Newbury House.

SELINKER, L. & HAN, Z. (1999). « Error resistance : Towards an empirical pedagogy », Language Teaching Research3, 3, 248-275.

SELINKER, L. & LAKSHAMANAN, U. (1992). « Language transfer and fossilization : The Multiple Effects Principle ». In L. Selinker & S. Gass (eds.) Language Transfer In Language Learning, Amsterdam, Benjamins, 197-216.

SELINKER, L., TARONE, E. & HANZELI, E., eds. (1981). English for academic and technical purposes : Studies in honor of Louis Trimble. New York, Newbury House.

http://infrarouge.mondoblog.org/2017/07/05/le-francais-en-haiti-un-stigmate/

https://www.memoireonline.com/05/09/2092/m_De-la-representation-du-franais-et-du-creole-dans-le-cinema-haiumltien-le-cas-du-film-barika4.html

http://lenouvelliste.com/lenouvelliste/article/27112/Le-francais-en-Haiti-entre-la-creolisation-et-langlicisation

 

 


Marc Lens Siméon

M2 Didactique des langues – Sorbonne Nouvelle, Paris 3 / Champs d’intérêt : Littératures francophones et Théories postcoloniales, Analyse du Discours et Recherches en acquisition de langues

More Posts

3 réflexions sur « Entre diglossie et bilinguisme en Haïti »

  1. Ce qui m’a frappé dans ton projet de mémoire c’est ta bibliographie, que je trouve riche et conséquente. Tu as cité Patrick Chamoiseau, un auteur de référence, voire une figure emblématique de la littérature antillaise, il a écrit plusieurs romans, notamment sur son enfance. Pour ma part, je l’ai découvert l’année dernière, à la lecture d’une de ses œuvres : Chemin d’école, un livre autobiographique très intéressant qui aborde dans toute sa complexité ce rapport entre la langue française et le créole. Je pense que dans cette oeuvre, Chamoiseau traite un certain nombre d’éléments à la fois socio-culturels et linguistiques qui peuvent servir à ton analyse, entre autres la question des représentations sociales et ce recours à l’interlangue.

    1. Merci pour ton commentaire. À propos de Chamoiseau, j’ajoute que l’intérêt qu’il représente particulièrement pour notre travail c’est que non seulement il écrit dans les deux langues (créole et français), mais surtout, comme tu as pu le remarquer, il réfléchit sur les deux langues. Ce deux aspects de sa démarche donne lieu à une poétique d’une part et à une conscience de l’autre, une preuve de la vitalité littéraire et scientifique du créole d’une part et la revendication de ses épousailles avec l’oralité de l’autre, une capacité de colocation et de métissage d’une part et une subversivité de l’autre. Beaucoup d’auteurs d’Haïti et des Antilles exploitent cette double dimension du rapport entre langues créole et française dans les Caraïbes.

  2. Ton sujet et ton plan me semblent tout à fait cohérents ; il me semble aussi que tes connaissances et ton intérêt pour l’histoire de Haïti te seront fort utiles pour mener à bien tes recherches ; et enfin : QUELLE BIBLIOGRAPHIE !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *