Analyse de corpus d’apprenant : appropriation en cours

Dans le cadre des recherches menées pour notre mémoire, nous analysons des productions orales et / ou écrites d’apprenants. Je vous présente le premier exemple.

I.  Articles en français, difficultés pour les apprenants russophones

 

Le français et le russe sont des langues typologiquement et génétiquement assez différentes. Le français est une langue romane analytique alors que le russe est une langue slave synthétique qui possède six cas et n’a pas de catégorie formelle d’articles. L’article dans la langue française exprime la détermination, catégorie syntaxique du nom. Il joue le rôle d’actualisateur principal du nom. Du point de vue typologique, l’article en français possède des formes plus variées et une extension plus large que dans d’autres langues ayant des articles. Selon V. Gak, « les discussions théoriques portant sur l’article concernent les problèmes suivants :

  1. l’inventaire des articles en français ;
  2. son statut morphologique ;
  3. ses fonctions dans la langue et ses significations » (Gak, 2000 : 110 -111).

Les linguistes distinguent traditionnellement trois formes d’articles : défini, indéfini, partitif. Il existe aussi une forme spécifique en français : l’article « zéro », non-emploi fonctionnel de l’article.

Les points de vue sur l’inventaire des articles ne sont pas homogènes. Selon Damourette et Pichon (1968 – 1971), il y a seulement deux articles (le et un), l’article partitif n’est qu’une variante combinatoire de un. Pourtant, ils ajoutent le démonstratif ce à la liste des articles en français. « Ces hésitations prouvent que les frontières sémantiques entre les diverses formes de l’article ne sont pas très nettes, et, d’autre part, que l’article ne se distingue pas aussi nettement des autres déterminatifs » (Gak, 2000 : 112).

De cette façon, l’article (ou un autre déterminant) en français est obligatoire pour marquer le statut d’actualisation d’un nom en discours : connu / inconnu, déterminé / indéterminé par la situation ou l’énonciation précédente.

Comme le russe ne possède pas de formes d’articles, l’actualisation en discours s’effectue de manière différente :

  1. par l’ordre des mots pour marquer le thème et le rhème, le thème est toujours en début de l’énoncé ;  
  2. par l’emploi de certains pronoms / adjectifs démonstratifs ou indéfinis comme « etot / eta » (ce, celui-ci / cette, celle-ci), « tot / ta » (celui-là / celle-là), « kakoito / kakaiato » (certain / certaine) ;
  3. sur le plan morphologique, le russe ne marque pas la différence entre les noms comptables / non-comptable.

Ainsi, l’article en français représente deux types de problèmes pour les apprenants russophones :

  1. problèmes d’ordre formel : quelle forme choisir (masculin / féminin, singulier / pluriel) ;
  2. problèmes d’ordre discursif, pragmatique et sémantique : comptable / non-comptable, général / particulier, connu / inconnu, déterminé / indéterminé, unique / représentant d’une classe.

De cette façon, l’appropriation de l’article et ses valeurs est une des plus grandes difficultés pour les apprenants russophones dans la grammaire française.

II. Présentation du corpus

Nous avons effectué le recueil de données dans le cadre d’une conversation informelle avec notre étudiante. Nous lui avons montré une image et demandé de parler de sa journée ordinaire. Nous avons essayé de minimiser notre participation à la conversation, mais vu le niveau très débutant de l’étudiante, cela n’a pas toujours été facile.

Youlia Mouchinskaya, 47 ans, russophone, dentiste.

Niveau A1, apprend le français depuis 5 mois, 2 cours de français de 90 minutes par semaine, le français est sa deuxième langue étrangère après l’allemand. Elle habite à Moscou en Russie, vient tous les ans en vacances en France.

 

La transcription de la conversation (3 minutes environ) :

 

  • Youlia parlez s’il vous plaît de votre emploi du temps habituel. Vous pouvez vous inspirer de cette image.
  • En général, je me lève à 7 heures, je prends mon petit déjeuner, je bois un café …
  • Et qu’est-ce que vous mangez le matin ?
  • Avec le fromage blanc, après je me maquille, je me … lave, après je me maquill[e], je me [de – se] et je … je … je vais à mon travail … à 8 heures. De 9 heures à 18 heures, je travaill[e], après je retourn[e], je rentr[e] à la maison. Je fais de la cuisine …
  • Et qu’est-ce que vous préparez ?
  • En général, je prépar[e] … [le] dîner léger … comme spaghetti, comme poulet, comme le poulet, comme dinde … (en russe : je ne sais pas comment dire ?) … le poulet ? le dinde ? … pommes de terre, … les pommes de terre … , et après je lis les journals … des journals, et des livres … , et après je me douch[e], et après … je me douche (en russe : peut-être), et je me couche.
  • Est-ce que vous sortez le soir ?
  • Je sors le soir au week-end …
  • Où est-ce que vous aimez sortir ?
  • J’aime sortir … à … chez mon amis, et chez mon parents … , ah, je, j’adore … sortir au théâtre…
  • Et quand vous allez au théâtre, quel type de vêtements est-ce que vous aimez porter ?
  • Quand je … suis all[e] au théâtre (en russe : peut-être), je porte … un costume, un costume, ou des robes, ou … une jupe avec blouse, avec un … une blouse…
  • Youlia quand vous partez en vacances, qu’est-ce que vous aimez faire ?
  • Ah, …, en général, … , j’ai …, j’aime faire la natation, encore …, je fais, je fais du vélo et j’ai randonn[e] beaucoup … ou march[e], je marche beaucoup.
  • Très bien, merci Youlia, merci.

 

III. Analyse du corpus

 

3.1. Aspect syntaxique de la production

Dans sa Linguistique générale et linguistique française, Charles Bally a essayé d’expliquer le fonctionnement général de l’article dans le cadre de la distinction saussurienne « langue – parole ». Bally a souligné l’importance des déterminants comme actualisateurs de noms, grâce auxquels la notion « virtuelle » devient « actuelle » dans la pratique langagière. Selon Charles Bally, sans articles (ou autres déterminants) le nom ne peut pas remplir ses fonctions syntaxiques principales (sujet, complément d’objet direct, complément d’objet indirect, etc) ; si le nom s’emploie sans articles, il perd son propre sens grammatical et passe dans les fonctions d’une autre catégorie (par exemple, prendre peur, vivre en paix, mourir de froid; Paul est artiste). Comme la langue russe ne possède pas de formes d’articles, au départ, nous nous attendions à l’absence régulière d’articles devant les groupes nominaux. Contrairement à nos attentes préalables, une des formes des articles (défini, indéfini ou partitif) est toujours présente devant un nom dans le corpus analysé (cela ne veut pas dire que la forme est correcte !). De cette façon, nous pouvons constater que le rôle principal d’article qui est celui d’actualisateur (l’obligation de la présence de l’article devant le nom en français) est bien appropriée par l’apprenante.

Dans notre corpus, nous avons relevé neuf occurrences erronées ; dans toutes ces occurrences une des formes d’article est présente :

  1. Avec le fromage blanc
  2. Je fais de la cuisine
  3. [le] dîner léger
  4. comme le poulet
  5. pommes de terre, … les pommes de terre
  6. je lis les journals … des journals
  7. Je sors le soir au week-end
  8. une jupe avec blouse, avec un … une blouse
  9. faire la natation

3.2. Aspect formelle (morphologique)

Même si l’aspect syntaxique peut être considéré comme acquis, l’aspect formelle ou morphologique pose toujours des problèmes :

  1. [le] dîner léger (la forme « [le] » doit être perçue comme une forme d’interlangue) ;
  2. une jupe avec blouse, avec un … une blouse (d’abord, l’absence de l’article, ensuite, l’hésitation entre le masculin et le féminin).

Ce type d’erreurs doit être considéré comme le signe que l’apprenante est en train d’explorer le système d’une langue nouvelle. Selon P. Corder, c’est un des procédés utilisés par l’élève pour apprendre, c’est « une façon de vérifier ses hypothèses sur le fonctionnement de la langue » (Coder, 1980 : 13).

3.3. Aspect sémantique

L’emploi de l’article en français dépend, dans une grande mesure, de la valeur sémantique du nom. De ce point de vue, les noms doivent être classés en deux groupes suivants :

  • noms nombrables qui désignent des choses ou des êtres qu’on peut compter ;
  • noms non nombrables qui désignent des choses qu’on ne peut pas compter, on y distingue : a) des noms de matières et b) des noms abstraits.

De cette façon, il est à constater que dans les exemples présentés ci-dessous, notre étudiante n’a pas encore approprié les valeurs sémantiques de base qui donnent la possibilité d’employer de manière correcte l’article partitif et l’article indéfini du pluriel :

  1. Avec le fromage blanc
  2. comme le poulet
  3. pommes de terre, … les pommes de terre
  4. faire la natation

La discrimination entre l’emploi de l’article défini et indéfini au pluriel ne s’est pas encore stabilisée non plus :

  1. je lis les journals … des journals
  2. je lis des livres (forme correcte).

Grâce à cette analyse de notre petit corpus, nous pouvons constater que le système d’interlangue de notre étudiante est en train de se construire. Sur le plan syntaxique, la fonction de l’article français est bien acquise, tandis que sur le plan morphologique et sémantique, le système s’avère insuffisant et instable pour produire des énoncés grammaticaux et acceptables.

 

Bibliographie

BALLY, C., 1932, Linguistique générale et linguistique française, Paris, Librairie Ernest Leroux.

CORDER, S., P., 1980, « Que signifient les erreurs des apprenants » (trad. fr.), in Langages № 57, pp. 9 – 15, Paris, Armand Colin.

DAMOURETTE, J., PICHON, E., 1968 – 1971, Des mots à la pensée. Essai de Grammaire de la Langue Française, Paris, Éditions d’Artrey.

GAK, V., 2000, La grammaire théorique de la langue française, Moscou, Dobrosvet.


Ovodenko Mikhail

Etudiant en M2 « Didactique des langues » à l’Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Thèmes de recherche : didactique de la grammaire, approche sémantique de la grammaire, contextualisation du discours grammatical, linguistique générale, anthropologie linguistique.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *