L’étudiante et le (vieux) professeur, dialoguentretien alterfictif de sourds

L’étudiante et le (vieux) professeur

Un dialoguentretien alterfictif de sourds

Pièce en un acte

 

Avertissement : bien qu’inspirée en partie de faits réels, les personnages et situation décrits dans cette pièce sont purement fictifs.

Lieu : l’action se situe dans l’amphithéâtre d’une université.

Personnages :

Le (vieux) professeur Crapski (le directeur de recherche)

Julianne, l’étudiante

La (jeune) collègue enseignante

Le pote étudiant

 

Acte 1, scène 1

Un amphithéâtre, le cours est fini, les étudiants sont partis, le professeur Crapski range ses affaires, Julianne, une étudiante, s’approche de lui.

Julianne, l’étudiante

–             M’sieu Crapsky?

Le professeur Crapski

–             Aaah ! Ma p’tite Monique !

–             Euh ! Julianne, monsieur, c’est Julianne…

–             Oui, Julie-anne… (pensif), c’est celaaa, ouiii… Julie-anne… Comment allez-vous mon enfant ?

–             Ça va, monsieur, mais pour mon mémoire, j’ai un peu de mal…

–             Quoi ? Je n’ai pas bien entendu, vous disiez ?

–             Que j’ai un peu de mal à…

–             Non non non ! Il ne faut pas dire ça, il est très bon votre sujet, mademoiselle, il est très bon. Il y a beaucoup de choses à dire dessus… Comprenez bien que Nietzsche ne fait que rapprocher le discours spéculatif du discours poétique, et Héraclite, au-delà de Parménide ou d’Empédocle, représente pour lui la quintessence de ce qu’est le modèle de représentation intuitive.

–             Euh…

–             Et du reste, Nietzsche affirme dans Das Philosophenbuch – que je vous encourage à lire dans la langue de Goethe -, que la littérature partage avec la science la représentation en abstractions transmuées ; la scripturalité philosophique doit transparaître dans une œuvre d’art par la fusion pensée-métaphore et la philosophie du Dasein via le couple communication-communion, ou pour être plus clair dans la relation homme relationnel-homme intuitif.

–             Ah ! Oui, ça je co…

–             Vous saisissez, ma p’tite Jeanne ?

–             Euh… non, c’est pas Jeanne…

–             Ah ! Effectivement, ce n’est pas jeune, les Grecs ont commencé à débattre de la question au VIe siècle avant notre ère.

–             Non c’est pas ce qu…

–             Pardon, parlez plus fort !

–             Euh, en fait, ma problématique…

–             Oh ! La question du métaphorique est centrale, et ce concept va de pair avec celui de la métaphysique.

–             Hein ?

–             Non, deux concepts ! Mais je vous rejoins sur l’idée que tous deux expriment la même idée fondamentale, celle d’un élan de l’indicible vers le dicible. À ce propos vous, avez fini Achèvement de la métaphysique et poésie, de Heidegger ?..

–             Monsieur Crapsky…

–             Crapski !

–             …

–             …et surtout les actes du colloque sur l’herméneutique mallarméenne… Bon, ça vous fait quelques lectures. Haha !

–             103 !

–             Du reste, si vous pouviez m’en faire un compte-rendu… Qui scribit, bis legit, comme on dit en latin, qui écrit, lit deux fois. Vous disiez ?

–             103. Vous m’…

–             103 quoi ?

–             103 livres.

–             103 livres ?

–             La bibliographie que vous m’avez conseillée comporte 103 livres. Ça fait un peu beaucoup…

–             Ah ! Oui… Mais, bon… Le nombre de titres, vous savez, ce n’est pas ça qui importe. Ce qui importe c’est de les lire… Justement, vous me faites penser que j’ai d’autres articles à vous transmettre qui me semblent importants. Et puis ce serait bien si vous assistiez à certains séminaires, dont un qui se déroulera à Louvain, le 8. C’est bien, Louvain. Vous connaissez ?

–             Euh… Oui… Non… Je ne s…

–             …Ils ont une très belle bibliothèque, qui contient de splendides incunables… Donc, vous avez bien tout compris !?

–             Mais j’ai une question…

–             Encore ? Haha ! Eh bien, gardez-la moi bien au chaud…

–             (Julianne, d’une voix tremblante et hâtive) Vous n’auriez pas des livres plus faciles à lire ?

–             …pour la prochaine fois. Ah ! Je vois ma collègue qui vient me chercher ; je vous dis au revoir et à dans un mois ! Vous me soumettrez alors la dernière ébauche de votre mémoire. Et puis, je ne me fais pas de soucis pour vous, vous êtes brillante. Au revoooir ma p’tite Julie…

–             C’est Jul…

–             …et bonnes lectures ! (Enjoué, il lui montre la sortie)

–             Oui, euh, au revoir monsieur… (Julianne sort, dépitée)

 

Acte 1, scène 2

Julianne est sortie, la collègue entre.

La collègue enseignante

–             Alors ? Tu es prêt ?

Le professeur Crapski

–             Oui, je suis enfin libre. Tu sais, c’est pas facile avec ces étudiants, ils veulent toujours qu’on les rassure ou qu’on leur mâche le travail.

–             Elle avait l’air plutôt soucieuse en sortant.

–             Oh ! Non ! Je ne crois pas ; elle est du genre studieuse, c’est tout. Moi aussi je suis passé par là, je sais ce que c’est : juste l’envie de rendre un mémoire parfait. Et puis elle a très bien assimilé le concept de phénoménologie herméneutique, c’est le principal.

–             Tu es sûr ? Elle est encore jeune…

–             Ouiiiihhh..! Mais elle est intelligente ; tu sais, ils semblent timides, mais ils en savent plus que nous au fond. Hahaha ! On y va ?

–             Oui, allons-y… Ton écharpe !

–             Comment ?

–             Tu oublies ton écharpe.

–             Ah ! Ça, là ? Ah, non, je ne mets pas d’écharpe rose..! Ça doit être à mon étudiante. Elle reviendra sans doute la chercher. (Les deux sortent).

 

Acte 1, scène 3 

La même salle, un peu plus tard, Julianne, accompagnée d’un autre étudiant, entre.

Julianne

–             Ah! Voila mon écharpe !

Le pote

–             Alors, tu disais…

–             Ah oui ! Qu’est-ce qu’il est lourd !

–             Il t’a pas aidée ?

–             Herméneutique, phénoménologie, ontologie, métaphysique, métaphorique… Je m’y perds complet, t’as pas idée. Il a pas un livre du genre L’ABC de la littérature ou La philo pour les nuls ? C’est ça qui m’faut. J’y arriverai jamais…

–             Je te l’avais dit, moi j’ai pris Michalon comme directrice, elle est super.

–             Mais moi aussi j’l’avais choisie, mais y a trop d’étudiants qui l’ont demandée ; lui, personne le voulait. Du coup on m’l’a filé d’office. Ah ! J’suis trop énervée… T’as trop d’chance… On échange ?

–             Euh ! Non ! J’t’aime bien, mais pas à c’point.

–             Pffuhhh ! J’vais faire comment moi ?

–             Ben tu lis des bouquins plus simples sur les mêmes sujets, écrits en français normal, y en a. J’t’en conseillerai quelques-uns. Et puis tu peux venir aux cours de Michalon, elle explique tout clairement. Tu vas voir, ça ira, tu es brillante…

–             Ah non ! Dis pas ça, tu m’fais penser à lui, y m’a dit la même chose. Ah ! C’est trop injuuste… Franchement j’suis dégoûtée… Bon ! On va où au fait ?

–             À un séminaire sur l’esthétique de Schopenhauer !

–             Quoi ?

–             Je blaaague… Non, on s’fait une soirée tex mex chez une copine, et puis on ira en boîte plus tard.

–             Ah ! Cool ! Allez ! On s’en va d’ici.

 

 

À suivre !


Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

Une réflexion sur « L’étudiante et le (vieux) professeur, dialoguentretien alterfictif de sourds »

  1. La version de ton dialogue est atypique et expressément bien pensée, ce qui me plait surtout, c’est son approche scénique dotée d’une touche d’humour dissimulant ainsi la détresse flagrante de l’étudiante face à un professeur complètement hagard dans ses réponses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *