Mes carnets de recherche

Mes carnets de recherche

          Plusieurs professeurs nous ont dit qu’il était essentiel de commencer à écrire dès le début de l’année universitaire et qu’il n’y a pas de recherches sans rédaction. Cette phrase résonne en boucle dans ma tête depuis ce jour. Rédiger, oui, mais quoi, comment, combien de mots, avec quelle police et à propos de quoi? Comme j’aimerais pouvoir être dans la tête de ces éminents chercheurs qui sont aussi nos professeurs et pour qui tout cela est si limpide!

          Après avoir lu l’extrait de Changer de société. Refaire de la sociologie (pages 194-197) de Bruno Latour au moins quatre fois et après avoir parcouru quelques billets publiés par d’autres étudiants de ma promotion, ça y est, je me lance, non sans peur, dans la rédaction de cette note.

          Latour parle de quatre carnets essentiels à toute personne qui souhaite faire de la recherche…. et bien merci! Cet article fut tout simplement une révélation pour moi, novice angoissée, débutant dans ce milieu effrayant de la recherche universitaire. Le texte de Latour restera pour moi un article fondateur du balbutiement de l’organisation de mes recherches, un premier éclairage technique et pratique sur le grand projet final qu’est le mémoire.

Venons-en à ces fameux carnets:

          Latour en mentionne quatre: un premier qui recense toutes les informations recueillies sur le terrain, un deuxième consacré aux lectures et à la bibliographie, un troisième portant sur à la rédaction « pure » et un dernier faisant office de « compte rendu et de ses effets produits sur les acteurs». (Latour, 2006).

          En m’inspirant fortement de ces derniers, je compte, pour ma part, tenir les carnets suivants:

          Premièrement: le carnet de terrain qui recense chaque fait, geste ou parole relevés sur mon terrain qui se fera en Angleterre, dans la ville de Bristol, plus précisément au lycée Clifton College et l’université de Bristol. J’ai d’ailleurs eu l’occasion de m’y rendre pendant les vacances de la Toussaint pour reprendre contact avec mes anciens collègues qui seront au centre de mes recherches. Ce carnet représente pour moi le volet  « humain » de cette année de M2, celui qui me permet d’allier l’utile à l’agréable, de voyager, de retourner dans la contrée où je veux vivre et enseigner. Je crois qu’en fait, ce carnet fait le lien entre mes deux vies, la parisienne et la bristolienne.

          Deuxièmement: le carnet de lectures listant par ordre chronologique ou alphabétique, voire thématique toutes les lectures effectuées dans le cadre de mes recherches pour mon mémoire et pour nos cours du premier semestre avec un court résumé de chaque texte. J’ai déjà pris du retard dans la rédaction de ce carnet et je suis bien consciente que c’est  celui qui me demandera le plus d’efforts, de discipline et de constance.

          Troisièmement: le carnet de rédaction, qui comme son nom l’indique, consistera en un recueil de tout ce que je rédige ainsi que des citations dûment référencées.

          Quatrièmement: Le carnet fourre-tout. Ce carnet est temporaire et illustre la partie floue qui reste dans ma pensée concernant l’organisation de mes recherches. Je compte bien lui trouver un but défini au cours des prochaines semaines, voire des prochains mois; et je pense sûrement le diviser en deux parties ou éventuellement en créer d’autres si le besoin s’en faisait sentir. La seule certitude que j’ai à propos de celui-ci est qu’il comportera un glossaire unilingue français, un bilingue anglais-français, ainsi que des expressions et des tournures de phrases (relevées lors de mes lectures), qui pourraient m’être utiles dans ma propre rédaction.

Bibliographie

Bruno Latour, Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, 2006, p. 194-197.

 


Laure-Lise

Etudiante en M2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde à Paris III

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *